Langues officielles: l’Alliance menace de faire tomber le gouvernement

L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick menace de faire tomber le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs pour empêcher la mise en oeuvre des recommandations du commissaire aux langues officielles par intérim.

Le chef du parti antibilinguisme, Kris Austin, accuse faussement le commissaire Michel Carrier de vouloir exiger le bilinguisme chez l’ensemble du personnel des foyers de soins.

M. Austin affirme aussi que l’ensemble des travailleurs fédéraux risquent de perdre leur emploi si la Loi canadienne sur les langues officielles est modernisée comme le suggère le commissaire.

«C’est un rêve illusoire. Vous n’atteindrez jamais cette version extrême du bilinguisme telle que l’envisage le commissaire aux langues officielles. Ça n’arrivera jamais», avance le chef du parti dans un communiqué de presse, vendredi.

Le gouvernement minoritaire du premier ministre Blaine Higgs compte sur l’appui des députés de l’Alliance pour demeurer au pouvoir.

Le commissaire Carrier a présenté son rapport 2018-2019, vendredi matin, devant un comité de députés à l’Assemblée législative.

«Si le gouvernement choisit de mettre en oeuvre les recommandations de ce rapport, nous serons plus que disposés à renverser ce gouvernement et à laisser les gens du Nouveau-Brunswick décider», promet Kris Austin.

Dans son rapport, Michel Carrier recommande notamment la création d’un Secrétariat aux langues officielles pour assurer le respect de la loi au sein du gouvernement.

Il propose aussi que la province se dote d’une stratégie pour répondre aux besoins des deux communautés linguistiques en matière de foyers de soins.