Tracadie: les travaux sur la rue principale irritent les commerçants

Les rénovations majeures à la rue Principale de la Municipalité régionale de Tracadie irritent de plus en plus des commerçants affectés directement par les travaux. L’un d’entre eux va même jusqu’à demander qu’une enquête soit faite contre le directeur général Daniel Hachey.

Stéphane Sonier, propriétaire du Café Bistro sur Mer, en a assez. Il a récemment fait parvenir au maire Denis Losier deux lettres de plaintes.

«Nous avons appelé, à plusieurs reprises, pour que la municipalité nous aide durant la réparation de la rue principale. Nous perdons, chaque jour, de grosses pertes financières», a indiqué le plaignant dans sa deuxième missive datée du 27 septembre.

L’homme d’affaires soutient avoir demandé que des panneaux de signalisation indiquant les commerces soient installés, mais que cela n’aurait pas été fait. Il croit que le directeur général de la MRT, Daniel Hachey, aurait dû mieux planifier l’ensemble de la situation, d’où la demande d’enquête à son endroit.

«Nous avons demandé que les voitures aient accès à nos commerces à partir de la rue principale et cela n’a pas eu lieu», précise-t-il.

M. Sonier prétend que seules la Chambre de commerce du Grand Tracadie et la Corporation Centre-Ville ont été avisées des travaux, mais pas leurs membres.

«J’ai fait appel à un avocat de Québec pour m’aider et si je n’ai pas de réponse de la ville d’ici à vendredi, je déposerai une mise en demeure contre elle pour qu’elle paie pour les pertes encourues par les commerçants concernés», précise-t-il.

Selon ses dires, son restaurant a été dix fois moins occupé depuis le début des travaux visant à refaire le système d’eau et d’égout du secteur, vieux d’une cinquantaine d’années.

«L’été dernier, on servait chez nous de 45 à 55 déjeuners en moyenne chaque matin. Depuis le commencement des travaux, ç’a baissé à cinq. La Ville n’a jamais voulu placer l’affichage de signalisation adéquat», affirme M. Sonier.

Le maire de la Municipalité régionale de Tracadie, Denis Losier, rappelle la politique de gestion des plaintes à la Ville. Il promet que les doléances de M. Sonier seront prises au sérieux.

«Toutes les fois que nous faisons des travaux dans une rue, et spécialement quand il s’agit de la rue Principale, il y a une baisse d’achalandage. Mais on peut toujours avoir accès au secteur par des artères secondaires. La question de la signalisation ne revient pas au conseil municipal, mais aux entrepreneurs engagés pour les travaux en compagnie de la firme de consultants. Cependant, nous allons prendre cette plainte au sérieux afin que de tels ennuis ne se reproduisent pas pour nos commerçants dans les prochaines phases», a-t-il signifié.

Les rénovations de la rue principale de la Municipalité régionale de Tracadie, longue de 2,38 kilomètres, en sont à la première de quatre phases. Les travaux actuels s’étalent sur environ 500 mètres, valent près de 3,5 millions $ et comprennent également l’asphaltage, de nouveaux trottoirs et de nouveaux poteaux. Ils devraient être terminés en novembre, alors que la deuxième partie débutera au printemps 2020.

«On comprend que c’est regrettable, mais on était obligé. Si le système avait manqué en plein hiver, on aurait couru après des problèmes pas mal plus sérieux», poursuit le maire.

Quant à la demande d’enquête contre le directeur général, M. Losier assure qu’elle sera également prise au sérieux par le conseil municipal.

«Nous allons analyser les propos rapportés par M. Sonier. Le conseil municipal n’a qu’un seul employé et c’est le directeur général.»