Le projet de doter Shippagan d’un hôtel est à nouveau dans l’air

Le projet de construire un hôtel à Shippagan revient une fois de plus dans l’actualité. Une formule coopérative sera privilégiée pour relancer l’idée de construire un complexe de 30 chambres annexé au Centre des congrès de la Péninsule acadienne. Tout ça en collaboration avec des partenaires financiers publics et privés, a laissé entendre la mairesse Anite Savoie Robichaud.

Cette énième tentative de doter la ville d’un nouveau lieu d’hébergement pourrait s’avérer la bonne, si on en croit les propos des élus exprimés lundi soir, à la réunion publique mensuelle du conseil.

La municipalité a obtenu l’aide de la Coopérative régionale de développement-Acadie dans l’établissement d’un rapport préliminaire. Selon ses données, ce projet d’une valeur de près de 4 millions $ est viable en considérant un taux d’occupation variant de 40 à 60%.

On parle d’un complexe complémentaire à ce qui existe déjà dans le secteur de l’hébergement dans Shippagan-Lamèque. Une fois annexé au Centre des congrès et au restaurant situé tout près de l’Aquarium et Centre marin du N.-B., cet édifice permettrait à la ville de se placer en meilleure position pour attirer des événements importants.

«Le projet n’a jamais été mort comme tel, précise Mme Savoie Robichaud. Après différentes tentatives, nous avons étudié l’option coopérative. C’est dans cette optique que nous avons demandé une étude à la CDR-Acadie. Pour que ce soit viable, il faut l’engagement des entreprises et que ça fasse partie d’un complexe comprenant notre Centre des congrès et le restaurant. Car seulement un hôtel ne serait pas rentable.»

Selon la mairesse, l’absence d’une telle structure empêche la ville d’accueillir des congressistes. Si le Centre des congrès de la Péninsule acadienne peut très bien recevoir les réunions, il faut quand même organiser un système de transport pour déplacer les participants.

«Des gens nous ont approchés pour leurs événements parce que Shippagan est un endroit calme et retiré. Mais comme on n’a pas d’hébergement, ils ne peuvent faire ça chez nous. On sent qu’il y a réellement un bon potentiel d’occupation», suggère Mme Savoie Robichaud, qui ne parle pas encore d’échéancier de construction.

Cette idée n’est pas nouvelle à Shippagan. L’approche la plus sérieuse était survenue vers 2007, quand le maire de l’époque, Jonathan Roch Noël, s’était allié au promoteur Gateway Hospitality Project de Fredericton pour un bâtiment de 50 à 60 chambres avec une salle de conférence pouvant accueillir jusqu’à 300 personnes, au coût de 4,5 millions $.

Par la suite, les énergies ont été davantage placées dans l’érection du centre des congrès de 4,4 millions $, dont l’ouverture a été célébrée en août 2012.

«Il y a de l’hébergement dans la région, mais pas en quantité suffisante, ajoute la mairesse de Shippagan. Quand on parle de 30 chambres, ce serait parfait pour accommoder un autobus de voyageurs. Le comité de revitalisation de Shippagan a demandé de rencontrer le conseil municipal et nous verrons alors si la Ville veut vraiment aller de l’avant. Si oui, qui pourrions-nous approcher afin de donner un coup de main financier?»