Sentiers NB perd son financement et cesse ses activités

Vingt-cinq ans après sa création, le Conseil sentiers Nouveau-Brunswick va bientôt mettre une fin à ses activités. Le conseil d’administration a pris cette décision après que le gouvernement provincial aurait refusé de trouver un arrangement à long terme pour son financement.

Sentiers Nouveau-Brunswick a été incorporé en 1994. Son objectif était de promouvoir le développement de sentiers pour la marche et le vélo sur des centaines de kilomètres de lignes ferroviaires désaffectées dans la province, dit Judy Wilson-Shee, présidente du conseil d’administration.

«Bien que les premières années n’ont pas été faciles et que plusieurs luttes furent menées contre des opposants aux sentiers et à l’industrie de véhicules motorisés, nos bénévoles, nos employés et nos partenaires sont parvenus à accomplir des belles choses.»

À son apogée, Sentiers NB gérait près de 1200 kilomètres de sentiers réservés pour la marche et le vélo. Aujourd’hui, l’organisme gère environ 400 kilomètres. Le gouvernement provincial offrait un contrat annuel de 500 000$ pour la maintenance et l’amélioration du réseau.

En 2017, la province a cependant avisé Sentiers Nouveau-Brunswick qu’il n’avait plus le droit de soumissionner pour les contrats de maintenance. En octobre 2018, Sentiers NB a été avisé qu’il n’aurait plus accès au financement en général s’il continuait de toucher à des contrats privés pour le développement et la maintenance de sentiers, une source de financement importante.

«Par conséquent, nous avons accepté de nous débarrasser de nos outils, notre équipement et de nos véhicules afin d’arrêter ces travaux.»

Au cours des derniers mois, l’organisme a appris qu’il n’aurait plus accès à du financement. La gestion des sentiers est maintenant assurée par le gouvernement provincial.

À l’été 2018, le gouvernement provincial, alors mené par les libéraux de Brian Gallant, a réitéré son engagement envers le Plan d’action sur les sentiers en annonçant des investissements de 15,78 millions $.

Aux yeux de Sentiers NB, la stratégie provinciale favorise les industries de la motoneige et du VTT.

«Sentiers NB a suggéré de mettre en place des frais d’enregistrement sur les nouveaux vélos ainsi qu’un programme de plaques d’immatriculation, semblable à celui pour les plaques d’immatriculation de conservation. La province a rejeté ces suggestions et de travailler avec notre conseil pour trouver d’autres sources de financement.»

Après des mois d’incertitude, le conseil d’administration a donc enclenché les démarches pour dissoudre Sentiers Nouveau-Brunswick. L’organisme cessera légalement d’exister en 2020.