Le dossier de l’avortement au N.-B. s’invite au débat des chefs

L’avenir des plus incertains qui guette la seule clinique d’avortement du Nouveau-Brunswick a fait l’objet d’un bref échange entre les chefs fédéraux lors du deuxième débat télévisé en français, jeudi soir.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a profité d’un commentaire de son adversaire libéral sur l’importance de défendre les droits de la personne, dont le droit des femmes, pour le critiquer sur la fermeture possible de la Clinique 554 de Fredericton qui avait été annoncée plus tôt la journée même journée.

«C’est une chose de dire que l’on protège le droit des femmes, c’est autre chose de le faire», a lancé M. Singh.

«Au Nouveau-Brunswick, ils sont en train de fermer le seul endroit où on a accès au service de droit à l’avortement et vous n’avez rien fait pour protéger l’accès au service d’avortement au Nouveau-Brunswick», a-t-il dit à Justin Trudeau.

«Comment pouvez-vous dire une chose en public, « oui, je suis pour le droit (à l’avortement) » et en privé ce n’est pas la même chose.»

Le directeur médical de l’établissement connu autrefois sous le nom de Clinique Morgentaler, Dr Adrian Edgar, a annoncé jeudi que sa clinique serait mise en vente d’ici 90 jours en raison de sérieux problèmes financiers.

Dr Edgar blâme le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs qui refuse de rembourser les clientes qui subissent un avortement dans sa clinique.

«Nous sommes très préoccupés par la décision du gouvernement conservateur au Nouveau-Brunswick qui retourne en arrière sur le droit des femmes», a répondu M. Trudeau à la question de M. Singh.

«On avait travaillé avec l’ancien gouvernement libéral au Nouveau-Brunswick pour améliorer l’accès à l’avortement. Là, on a un gouvernement conservateur qui s’est fait élire et qui n’est pas là pour le droit des femmes et c’est ça le danger avec M. Scheer. Il ne sera pas là pour défendre le droit des femmes.»

Le gouvernement Higgs maintient la politique en vigueur sous l’ancien gouvernement libéral qui veut que l’Assurance-maladie couvre uniquement les interruptions volontaires de grosses qui sont effectuées dans l’un des trois hôpitaux de la province où elles sont offertes.

Le précédent gouvernement libéral de Brian Gallant a cependant éliminé la règle dite des «deux médecins» en plus d’offrir la pilule abortive sans frais. C’est aussi sous les libéraux qu’un deuxième hôpital a commencé à faire des avortements à Moncton.

Trois ministres du gouvernement Higgs, Trevor Holder, Jeff Carr et Bill Oliver, étaient présents lors d’une manifestation contre l’avortement, jeudi, devant l’Assemblée législative.

Après l’échange entre MM. Singh et Trudeau, l’animateur du débat, Patrice Roy, a  donné la parole au chef du Parti conservateur en lui demandant s’il s’engageait «à améliorer l’accès à l’avortement malgré (ses) convictions pro-vie».

Andrew Scheer a plutôt promis le statu quo si son parti remporte les élections du 18 octobre.

«Pour la dernière fois, je vais dire, j’ai toujours été clair sur cette question, je suis personnellement pro-vie, mais on ne va pas changer l’accès (à l’avortement) ou les lois», a-t-il dit.

«C’était la même chose pendant les derniers premiers ministres libéraux et conservateurs. Ça ne va pas changer sous mon leadership. Quand je serai premier ministre, nous n’allons pas changer l’accès ou la loi, point final.»

Au Nouveau-Brunswick, seuls l’hôpital de Bathurst et les deux hôpitaux de Moncton effectuent des avortements.

Les partisans d’un meilleur accès à l’avortement dénoncent l’absence de service couvert par l’Assurance-maladie dans de nombreuses régions, dont les grands centres que sont Saint-Jean et Fredericton.

Une manifestation pour sauver la clinique a eu lieu vendredi en fin de journée devant les bureaux du ministère de la Santé au centre-ville de Fredericton. La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, était sur place pour soutenir les manifestants.