Le glyphosate encore permis à Tracadie… pour l’instant

L’utilisation du glyphosate est encore permise dans la Municipalité régionale de Tracadie… pour le moment.

La troisième lecture et l’adoption d’un nouvel arrêté visant à interdire le controversé pesticide ont été reportées à une date ultérieure.

La motion n’a pas obtenu l’approbation nécessaire des membres du conseil municipal. La moitié des huit membres du conseil assis autour de la table s’est prononcée en faveur. L’autre moitié s’est prononcée contre. Trois ont quitté la table après avoir déclaré des conflits d’intérêts.

Au cours des prochains mois, le conseil tentera de trouver un terrain d’entente dans le but d’adopter un nouvel arrêté.

La MRT travaille à l’élaboration d’une ébauche d’un nouvel arrêté pour interdire l’herbicide, qui a été identifié comme un cancérigène probable par l’Organisation mondiale de la santé en 2015.

Ce projet est sur la table depuis environ deux ans.

Mardi soir, le conseiller Jean-Yves McGraw a proposé un amendement à l’arrêté proposé pour permettre aux agriculteurs d’en faire une utilisation contrôlée en suivant les normes fédérales à condition de détenir la certification nécessaire.

«J’appuie le fait qu’il y ait un arrêté pour avoir meilleur contrôle sur l’utilisation du glyphosate, mais je ne veux pas que l’industrie agroalimentaire soit pénalisée», a-t-il dit.

En débattant l’amendement, plusieurs conseillers ont avoué que la décision d’interdire le glyphosate, souvent commercialisé sous la marque Round-Up, n’était pas évidente.

Plusieurs craignent que la municipalité n’ait pas les effectifs nécessaires pour assurer le contrôle et imposer les amendes. Le maire Denis Losier – en faveur d’une interdiction – a indiqué que la MRT parviendrait à mettre son arrêté en application à partir d’un système de plaintes. En recevant une plainte, des agents municipaux pourraient se rendre sur place pour vérifier s’il y a bel et bien eu de l’arrosage.

D’autres conseillers ont rappelé que les entreprises avec les moyens pourraient facilement détourner les règlements en payant l’amende maximale de 640$.

Ultimement, l’amendement a été rejeté en raison d’une formalité administrative. Quatre conseillers se sont prononcés en faveur, l’autre moitié s’est prononcée contre.

Au cours des derniers mois, des organismes, dont Forêt NB et l’Alliance agricole du Nouveau-Brunswick ont exprimé des réserves quant à une interdiction totale du glyphosate à Tracadie.

«Lorsque les indications sont suivies comme il faut, les pesticides, incluant ceux à base de glyphosate, offrent une solution sécuritaire pour gérer nos ressources naturelles et contribuent à maintenir les emplois dans la région», a récemment déclaré Mike Légère, directeur général de Forêt NB dans une lettre envoyée à l’Acadie Nouvelle.

Plusieurs villes, pays et régions songent à mieux contrôler le glyphosate. En juillet 2019, l’Autriche est devenue le premier pays de l’Union européenne à bannir l’herbicide.

Interdiction de pesticides domestiques

Malgré tout, le conseil municipal de la MRT s’est entendu pour interdire l’usage de pesticides domestiques par des particuliers.

Un arrêté avait été mis en place dans l’ancienne Ville de Tracadie-Sheila. Le nouvel arrêté adopté mardi soir vise à uniformiser les règlements sur l’ensemble du territoire de la Municipalité régionale de Tracadie.

Certaines exceptions sont autorisées, à condition d’obtenir un permis de la municipalité. L’arrosage sera permis pour enrayer et contrôler la présence d’insectes, de plantes et animaux qui menacent les humains ou qui infestent une propriété.

Une personne peut aussi obtenir le droit d’éliminer certaines plantes et mauvaises herbes si elle obtient un billet du médecin prouvant qu’elles nuisent grandement à sa santé.

Une liste d’herbicides permis sera bientôt affichée sur le site Internet de la municipalité.

Des amendes seront imposées aux personnes qui contreviennent au nouvel arrêté municipal.