Les policiers Bulger et Boudreau devront assurer leur propre défense

Prêts ou non, Patrick Bulger et Mathieu Boudreau, les deux policiers de Bathurst impliqués dans la mort de Michel Vienneau, devront assurer leur propre défense jeudi matin. Après avoir congédié leurs avocats, les constables ont demandé à l’arbitre Joël Michaud d’ajourner pour une troisième fois les audiences d’arbitrage, mais cette demande a été refusée.

Les séances d’arbitrage ont commencé, mercredi matin, à l’hôtel Best Western de Bathurst. Elles ont pour but de déterminer si Mathieu Boudreau et Patrick Bulger devraient regagner leurs postes au sein du corps policier de Bathurst.

À la surprise de plusieurs, les avocats T.J Burke et Brian Monroe ont débuté la matinée en annonçant qu’ils avaient été congédiés par leurs clients.

Patrick Bulger, TJ Burke et Brian Monroe à la sortie de la séance d’arbitrage mercredi après-midi. – Acadie Nouvelle : Allison Roy.

En prenant place à la table de défense, Mathieu Boudreau a expliqué qu’un avocat provenant de l’Association des policiers du Nouveau-Brunswick leur serait éventuellement fourni, mais que lui et son collègue officier souhaitaient jusqu’à ce temps, assurer leur propre défense.

«Financièrement, je ne peux simplement pas assumer», avait exprimé M. Boudreau devant l’arbitre.

Il a ainsi demandé un ajournement, disant avoir besoin plus de temps afin de se familiariser avec les documents légaux.

M. Boudreau explique aussi qu’à cause de «son anxiété», qui perdure depuis le début de cette affaire, il avait laissé son avocat, M. Burke, se charger de toutes les questions légales.

De son côté, M. Bulger demandait un aussi ajournement, principalement pour avoir le temps de se trouver un nouveau représentant.

«Je crois que j’ai droit à une représentation juste», a-t-il souligné.

Selon lui, c’est l’ultimatum de dernière minute de l’Association des policiers du Nouveau-Brunswick qui l’ait mis dans l’eau chaude.

«Mardi dernier, nous avons eu une réunion et ils m’ont dit: “c’est soit que tu poursuis avec un avocat de l’Association des policiers du Nouveau-Brunswick ou bien nous n’assumons plus les coûts légaux.”»

Comme pour son collègue, le fardeau financier s’est avéré trop lourd pour M. Bulger.

«Je n’avais pas le choix…», a-t-il expliqué.

Retour à janvier 2015

Il y a presque cinq ans, M. Boudreau et M. Bulger ont abattu par balle l’entrepreneur de 51 ans, Michel Vienneau.

La victime arrivait d’un voyage à Montréal avec sa conjointe lorsque les deux policiers en civil l’ont interpellé à la gare de Bathurst.

Selon un tuyau d’Échec au crime, le couple aurait été en possession d’un chargement de drogues.

Le constable Bulger aurait tenté de bloquer M. Vienneau, mais pris de panique, l’homme d’affaires aurait foncé sur le policier avec sa voiture pour tenter de s’échapper.

M. Boudreau aurait ensuite tiré quatre coups de feu sur l’homme d’affaires, qui est décédé à l’Hôpital régional Chaleur plus tard ce jour-là.

Depuis, les hommes ont été reconnus non coupables d’homicide involontaire devant la loi. Un enquêteur indépendant a cependant recommandé plus tôt cette année le congédiement des deux policiers.

Basile Chiasson, l’avocat d’Ernie Boudreau, le chef de police à la ville de Bathurst, est satisfait de la décision de l’arbitre.

Basile Chiasson, l’avocat du plaintiff, s’est fermement opposé à la demande d’ajournement. – Acadie Nouvelle : Allison Roy.

Il s’est montré clair tout au long de la journée de mercredi, il n’y a plus de temps à perdre.

Opposé lui aussi à la motion d’ajournement, M. Chiasson a rappelé à l’arbitre Michaud que la même demande avait été faite cet hiver.

«Il y a une tendance évidente», a-t-il signalé.

Me Chiasson a 17 témoins à faire passer à la barre, dont trois viennent de l’extérieur.

«Il faut penser à l’intérêt public, ceci perdure depuis quatre ans… », a mentionné M. Chiasson.

«Quel que soit le résultat, il faut qu’on commence et il faut qu’on bouge.»

Me Chiasson a souligné que la loi provinciale sur la police n’accorde pas à M. Bulger et M. Boudreau le droit d’être représenté par un avocat.

Le droit à un représentant? Oui. Mais un avocat, pas nécessairement a-t-il précisé.

L’arbitre a dévoilé son verdict vers 15h.

«La motion d’ajournement est rejetée», a-t-il partagé.

Jeudi matin, la séance d’arbitrage devrait reprendre à 9h30.

Annick Basque, la conjointe de M. Vienneau, devrait être la première à la barre de témoins.

Ernie Boudreau, chef de la force policière de Bathurst, est satisfait que le processus continu. – Acadie Nouvelle : Allison Roy.