Aux urnes, citoyens!

Les Canadiens se rendent aux urnes pour voter après une campagne électorale de 40 jours qui a inclus d’innombrables promesses, de nombreuses attaques personnelles et une incertitude persistante jusqu’à la ligne d’arrivée.

Les scrutins ont officiellement ouvert à travers le pays et des millions de Canadiens devraient voter à l’occasion de cette 43e élection fédérale du pays, qui, selon de nombreux experts, se terminera par une suspension du Parlement.

Les libéraux sous Justin Trudeau et les conservateurs sous Andrew Scheer ont amorcé l’élection au coude à coude dans les sondages d’opinion et, malgré tous leurs efforts, aucun des deux chefs ne semble avoir été en mesure de prendre de l’avance.

M. Trudeau a voté lundi dans la circonscription montréalaise de Papineau après être rentré de la Colombie-Britannique, où il a passé le dernier jour de la campagne électorale.

Le chef libéral, qui est arrivé au pouvoir en 2015 avec la promesse de gouverner différemment, a fait une campagne électorale inégale cette fois-ci, en partie en raison des révélations selon lesquelles il avait porté du maquillage raciste avant de se lancer en politique.

L’affaire SNC-Lavalin a également continué à nuire à M. Trudeau, de même que la colère de certains progressistes face à son refus de réformer le système électoral et à la décision de son gouvernement d’acheter l’oléoduc Trans Mountain.

M. Scheer devait voter plus tard à Regina, après avoir passé la journée dimanche à Vancouver et dans les Basses-terres continentales, en Colombie-Britannique, dans l’espoir d’obtenir suffisamment de sièges pour renverser les libéraux en place.

À l’instar de M. Trudeau, le chef conservateur a dû faire face à des défis lors de la campagne électorale, alors qu’il a eu des difficultés lors du premier débat en français et qu’il a été confronté à des questions pointues concernant sa position sur l’avortement et les changements climatiques.

Les autres dirigeants ont également tenté de présenter un éventuel gouvernement conservateur comme un organe qui réduirait les services destinés aux Canadiens après que M. Scheer eut promis d’équilibrer le budget en cinq ans. Il a aussi dû répondre à des questions sur sa citoyenneté américaine et sa présumée expérience de courtier en assurances.

En fin de compte, une fois tous les votes exprimés et comptés, l’équilibre des pouvoirs pourrait résider dans l’un des autres principaux partis si les libéraux et les conservateurs n’obtenaient pas suffisamment de sièges pour obtenir un gouvernement majoritaire.

Le chef du NPD Jagmeet Singh, qui passera la soirée des élections dans sa circonscription de Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique, a commencé la campagne en devant faire face à des doutes sur son leadership en raison d’une collecte de fonds médiocre, d’un manque de candidats et d’autres défis organisationnels.

Plus d’un mois plus tard, cependant, M. Singh semble avoir mené une campagne étonnamment forte qui a attiré de nombreux électeurs progressistes, ce qui a entraîné une hausse des intentions de vote pour le NPD, même si les chances de ce parti au Québec restent incertaines.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a vu le soutien pour son parti monter en flèche dans la province après que le Bloc eut été essentiellement laissé pour mort après des résultats catastrophiques en 2011 et 2015, suivis de nombreuses années de luttes intestines.

Cette résurgence s’est faite aux dépens des libéraux, des conservateurs et du NPD, qui ont tous commencé la campagne dans l’espoir de gagner le coeur des Québécois, qui ont toujours joué un rôle important dans la composition du gouvernement à Ottawa.

Entre-temps, la chef du Parti vert, Elizabeth May, qui passera la soirée dans sa circonscription, sur l’île de Vancouver, espère que son parti pourra profiter de ses récents succès sur la scène provinciale et ainsi obtenir un plus grand nombre de sièges à la Chambre des communes.

Et Maxime Bernier, qui a passé la majeure partie de la campagne à essayer de protéger son propre siège en Beauce, saura si son Parti populaire du Canada deviendra un véritable mouvement ou un feu de paille.

Les premiers bureaux de vote fermeront vers 20h30, à Terre-Neuve-et-Labrador, et les derniers fermeront à 23h, en Colombie-Britannique.

Selon Élections Canada, environ 27,4 millions de personnes ont le droit de voter et, bien que la plupart des électeurs voteront lundi, quelque 4,7 millions ont profité du vote par anticipation le week-end dernier. Cela représente une augmentation de 29 pour cent par rapport à 2015.

Le taux de participation aux dernières élections avait atteint 68,5 pour cent, soit le niveau le plus élevé depuis 1993.