Les libéraux restent au pouvoir, mais seront minoritaires

Le Parti libéral du Canada (PLC) de Justin Trudeau a décroché un deuxième mandat, mais le gouvernement de la 43e législature sera minoritaire.

Dans son discours de la victoire, Justin Trudeau a promis de gouverner pour tous les Canadiens en travaillant pour rendre leur vie plus abordable, de « se battre contre les changements climatiques » et « de sortir les armes de nos rues ».

En réaction à la forte montée du Bloc québécois au Québec, le premier ministre réélu a déclaré: « j’ai entendu votre message ce soir ».

« Vous voulez continuer d’avancer avec nous, mais vous voulez que la parole du Québec porte encore plus à Ottawa et je promets que je serai là pour vous », a-t-il ajouté. Fait particulier, le chef libéral a coupé la parole du chef conservateur en montant sur scène au moment où Andrew Scheer venait à peine de débuter son discours en direct.

Bien peu de Canadiens ont donc eu la chance d’entendre ce qu’avait à dire le chef conservateur, mais celui-ci a lancé le message à ses partisans de se tenir prêts. « Nous avons mis en garde Justin Trudeau. Son leadership est endommagé et son temps au gouvernement va bientôt prendre fin. Quand ce temps viendra, les conservateurs seront prêts et nous allons gagner », a lancé M. Scheer dont le parti a gagné plus d’une vingtaine de nouveaux sièges.

La soirée a commencé difficilement pour les libéraux, qui ont échappé plusieurs sièges dans les provinces de l’Atlantique et au Québec, mais le gouvernement sortant de Justin Trudeau a réussi à s’accrocher dans le Grand Toronto pour obtenir un nouveau mandat.

Le PLC a également raflé une grande majorité des sièges sur l’île de Montréal.

Justin Trudeau, réélu dans Papineau, pourra compter sur le retour de plusieurs de ses ministres sortants, comme Chrystia Freeland (Affaires étrangères), Bill Morneau (Finances) et Marc Garneau (Transports), qui ont été déclarés élus.

Les autres chefs, Yves-François Blanchet du Bloc québécois, Andrew Scheer du Parti conservateur (PCC), Jagmeet Singh du Nouveau Parti démocratique (NPD) et Elizabeth May du Parti vert, ont aussi été élus.

Au Québec, le Bloc québécois a fait élire 32 députés, ce qui triple sa députation par rapport aux dix sièges détenus au moment de la dissolution du Parlement. Le chef Yves-François Blanchet fera officiellement son entrée à la Chambre des communes à titre de député de Beloeil_Chambly.

Dans son discours, M. Blanchet a promis que le Bloc serait « parlable » pour appuyer le gouvernement minoritaire libéral, « à moins que la demande soit de faire passer plus de pétrole à travers le Québec ».

Jagmeet Singh a dit vouloir jouer un rôle positif aux Communes et travailler pour rendre la vie meilleure aux Canadiens.

Sur le coup de minuit, les libéraux comptaient 156 candidats déclarés élus ou en avance; les conservateurs étaient à 122, devant le Bloc québécois, à 32, le Nouveau Parti démocratique, à 24, et le Parti vert, avec 3.

L’ex-procureure générale Jody-Wilson Raybould, qui avait claqué la porte du conseil des ministres dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin avant d’être expulsée du caucus, a remporté son pari. Elle retournera aux Communes en tant que députée indépendante de Vancouver Granville, en Colombie-Britannique.

Dans le camp conservateur, les partisans d’Andrew Scheer peuvent se consoler en regardant le vote populaire. Bien qu’il termine deuxième en nombre de sièges, le PCC a devancé le PLC en nombre de voix par un et demi pour cent. Les conservateurs ont aussi rayé le rouge de la carte électorale dans les Prairies, à l’exception de quatre sièges à Winnipeg.

Le chef et seul député sortant du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a été défait en Beauce par le candidat conservateur Richard Lehoux.

Dans un discours à Beauceville, M. Bernier a dit accepter la défaite avec « humilité ». Il a tout de même écorché ses adversaires pour des « attaques honteuses » à l’endroit de son parti. Il soutient que cette élection n’était qu’un début pour sa formation politique.

Selon Élections Canada, environ 27,4 millions de personnes avaient le droit de vote, et quelque 4,7 millions d’électeurs ont profité du vote par anticipation le week-end dernier. En début de nuit, l’organe officiel indiquait que 63,13 pour cent des électeurs avaient voté, ce qui représente une légère baisse par rapport au taux de 68,5 pour cent enregistré en 2015.

Libéraux et bloquistes à Montréal

Une foule d’environ 500 partisans libéraux s’est rassemblée au Palais des congrès de Montréal pour célébrer et entendre le discours du premier ministre réélu.

Au moment de l’annonce d’un gouvernement libéral minoritaire, les militants ont scandé, en anglais, « Quatre années de plus! ».

La salle était cependant loin d’être pleine et l’aspect minoritaire du nouveau mandat a limité l’enthousiasme des militants.

« C’est à cause de Legault », a lâché un militant, manifestement déçu du résultat.

De son côté, le candidat vedette et nouveau député de Laurier_Sainte-Marie, Steven Guilbeault, s’est fait philosophe. « Ça va faire en sorte que nous aurons un Parlement qui va vouloir faire avancer les choses », a-t-il confié à La Presse canadienne.

Le ton était encore plus festif dans le camp du Bloc québécois. En début de soirée, une centaine de militants célébraient déjà au son de la musique des Cowboys fringants. Comme de coutume, un fervent bloquiste s’était même drapé du fleurdelisé pour la soirée juste devant la scène du Théâtre national à Montréal.

Les partisans bloquistes ne cessaient d’applaudir et de crier devant les résultats prometteurs qui apparaissent sur les grands écrans. « Le Québec c’est nous! », scandaient-ils.