«Toute une frousse» pour les libéraux dans Madawaska-Restigouche

Le député libéral sortant dans Madawaska-Restigouche, René Arseneault, a gagné son pari et convaincu la population de lui confier un deuxième mandat.

Il a reçu 50,2% des voix, contre 28,4% pour le candidat conservateur Nelson Fox. Le chanteur Louis Bérubé du Parti vert a terminé en troisième position (14,7%) et le candidat néo-démocrate Chad Betteridge a pris la dernière position (6,7%).

Mais cette victoire est toutefois un peu moins écrasante que la précédente où il l’avait emporté avec plus de 55% du vote et défait le ministre conservateur sortant, Bernard Valcourt.

Dans les faits, si les analystes donnaient aisément la circonscription aux libéraux en début de campagne, sur le terrain la course a semblé extrêmement serrée.

N’empêche, le député libéral peut maintenant pousser un soupir de soulagement, car la lutte fut de loin plus ardue cette fois. Même qu’en début de soirée, c’est le conservateur qui était en tête. Mais les choses ont rapidement changé à sa faveur.

«Cette fois je l’avoue, j’ai eu toute une frousse. Il y a quatre ans, ça s’est passé tellement vite, j’ai été élu très rapidement. Mais cette fois, j’ai eu le temps de me stresser», a confié le nouveau député quelques minutes après avoir été déclaré gagnant.

Il faut dire par contre que celui-ci a toujours eu la conviction d’avoir livré la marchandise au cours des quatre dernières années.

«Contrairement à ma première élection, cette fois j’avais quatre années derrière moi. J’étais vierge, peu connu. Cette élection-ci veut dire beaucoup pour moi, ça signifie que notre équipe a livré la marchandise au cours du mandat et aussi lors de la campagne. Et c’est le son de cloche que nous avions sur le terrain», souligne M. Arseneault.

Le candidat victorieux a par ailleurs eu une pensée pour ses adversaires.

«Je lève mon chapeau à M. (Nelson) Fox, il a travaillé vraiment fort tout au long de la campagne. Même chose pour Louis Bérubé que j’ai appris à connaître. Il a fait une belle campagne d’idées. C’était une belle campagne», dit le député réélu.

Pour cette journée d’élection, le député libéral s’était donné le défi de visiter pratiquement l’ensemble des bureaux de vote de sa circonscription, de Connors dans le Madawaska jusqu’à Lorne au Restigouche, un voyage direct de 300 km, mais de plus de 400 avec les quelques détours pour se rendre aux différents bureaux.

Les troupes libérales s’étaient donné rendez-vous au chalet du Club de golf Restigouche afin de suivre la soirée électorale. Il va de soi qu’à la suite de ce résultat, l’ambiance était plutôt à la fête. Il s’agissait néanmoins de célébrations sobres compte tenu de ce qui se dessine à Ottawa.

«Ici, c’est une victoire ce soir pour moi. À Ottawa, il faudra composer avec la nouvelle réalité, quelle qu’elle soit demain matin en nous réveillant», indique-t-il.

Si la défaite est difficile à accepter, l’équipe conservatrice peut se consoler d’avoir fait des gains considérables dans la circonscription. Le parti remontait de loin depuis l’élection de 2015 où son candidat avait terminé au troisième rang avec seulement 16,5% du vote.