De cuisiniers à entrepreneurs: une recette gagnante au Carrefour Beausoleil

Pour Pat Mills, la cuisine est un terrain de jeu et le chef cuisinier du Carrefour Beausoleil en profite pleinement. Il s’amuse bien à concocter des plats de tous les genres pour nourrir les jeunes et moins jeunes qui fréquentent la seule école et centre communautaire francophone de Miramichi en utilisant un maximum de produits locaux.

Cependant s’approvisionner en aliments locaux entraîne des coûts supplémentaires. Pour financer cette initiative, Pat Mills et son équipe de cuisine sont devenus de véritables entrepreneurs.

La cuisine du Carrefour Beausoleil fournit une gamme de sauces et de mélanges à muffin à une quarantaine de cafétérias scolaires de la province. La cuisine du Carrefour Beausoleil approvisionne aussi des cafés locaux en produits, dont la populaire chaîne Tazza Caffe.

Marc Allain, directeur général du Carrefour communautaire Beausoleil, est fier du résultat.

«L’an dernier, on a beaucoup perdu d’argent dans la cafétéria, mais on est très heureux de le faire parce qu’on fait notre argent ailleurs. On a ces projets pour rentabiliser notre offre de service. Ce ne sont pas seulement les jeunes de l’école Carrefour Beausoleil qu’on nourrit, mais aussi les jeunes de la garderie aussi et le personnel du Carrefour. J’ose croire qu’il y a d’autres établissements où les jeunes mangent bien, mais je peux te garantir qu’il n’y a personne qui mange mieux. On est fier de ce qui se trouve dans nos assiettes», dit-il.

Depuis deux ans, Pat Mills planche sur un autre projet de développement. Il va bientôt vendre des repas surgelés à plusieurs franchises de Simply for Life au Nouveau-Brunswick, une entreprise se spécialisant dans la nutrition. Pat Mills conçoit des repas qui répondent aux normes de l’entreprise.

«On en vend déjà à Miramichi et c’est tellement populaire que les franchisés se parlent entre eux. On utilise des produits locaux et je sais d’où viennent les produits. Quand on me demande d’où vient la nourriture, je peux leur dire que mon bœuf vient d’une ferme à 5 minutes d’ici et mes légumes d’une ferme à Acadieville.»

En achetant et en vendant localement, Pat Mills et Marc Allain constatent un impact positif sur l’économie locale. En sachant qu’ils peuvent miser sur un client stable, plusieurs de leurs fournisseurs investissent dans leur propre entreprise afin d’améliorer leur rendement.

Même la famille de la cuisine du Carrefour Beausoleil s’est agrandie. En quelques années, ils sont passés de 2 à 5 employés pour répondre à la demande.

«Pour moi, c’est intéressant de voir que des entreprises et des petits cafés veulent faire affaire avec un petit fournisseur comme nous, plutôt que de faire affaire avec des grandes entreprises. Il n’y a rien qui sort d’ici qui n’a pas été bien goûté. Je cherche à atteindre un certain standard avant que ça sorte. Je veux que mon produit soit bon», commente M. Mills.

Les talents de Pat Mills ont eu un autre effet positif dans la vie du Carrefour Beausoleil. Aujourd’hui, ce sont environ 87% des élèves et du personnel qui se nourrissent dans la cafétéria.

«Lorsque j’ai commencé il y a quelques années, le personnel du Carrefour, les enseignants, ni les élèves ne mangeaient pas vraiment ici. En moyenne, on nourrit 87% de la bâtisse. Ailleurs, c’est d’environ 23%.»