Un homme de Moncton accusé de possession d’armes blanches prohibées

Accusé de possession d’armes prohibées, Christopher Joseph Dollemont a comparu en Cour provinciale mardi, où il a obtenu un délai pour obtenir de l’aide juridique.

Il fait face à un chef de possession illégale d’objets dont le trafic est interdit en vertu de la Loi sur les douanes, soit trois coups de poings américains, un couteau à cran d’arrêt, cinq couteaux dissimulés en carte de crédit et un coup de poing américain avec une lame de couteau.

M. Dollemont, 34 ans, fait aussi face à un autre chef d’accusation pour possession de nunchakus, une arme également contrôlée par la Loi sur les douanes.

Les accusations ont été déposées en lien avec un incident qui s’est produit le 25 juillet dernier sur la promenade Lee, à Moncton.

Selon un communiqué de la GRC, une perquisition avait été menée dans la demeure de la promenade Lee, où des agents ont découvert un objet ressemblant à un engin explosif.

L’escouade d’explosifs de la GRC était sur la scène, et les maisons des environs avaient été évacuées par mesure de précaution. L’engin a été récupéré sans problème et personne n’a été blessé.

L’homme a été libéré à condition de se présenter en Cour provinciale le 22 octobre.

Christopher Joseph Dollemont devra comparaître à nouveau le 19 novembre prochain. Pour l’instant, aucune accusation en lien avec la possession d’un engin explosif n’a été déposée par la GRC, qui n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue.