Communautés en santé: un«très bon virus» depuis 20 ans

En 20 ans, le Mouvement acadien des communautés en santé du Nouveau-Brunswick, que tout le monde appelle le MACS-NB, a dévoilé, à travers sa revue annuelle, plus de 1500 histoires à succès touchant le mieux-être. Mais il a peut-être oublié la principale: la sienne.

Durant cette période, le MACS-NB a essentiellement pensé aux autres. Mercredi et jeudi, à Beresford, il se permettra un petit accroc au protocole et pensera à lui, à ses fondateurs, à ses artisans de la première heure et à son futur.

Car célébrer un 20e anniversaire, faut pas que ça passe inaperçu, non?

La directrice générale de cette organisation vouée à la promotion de la santé et du mieux-être en Acadie, Barbara Losier, est fébrile à l’aube de ce rendez-vous. Des représentants de la plupart des 143 membres du réseau seront présents pour discuter des succès du passé, mais aussi réfléchir sur l’avenir.

Car pas question de s’asseoir sur ses lauriers. Ni croire que l’on est indispensable aussi.

«C’est vrai que le MACS-NB est une histoire à succès en elle-même, admet Mme Losier, touchée qu’on lui en fasse la remarque. C’est le succès d’un engagement, d’une volonté et de la place de nos partenaires et de nos alliances. On a une influence nationale. On le reconnaît avec humilité, car nous n’avons pas la prétention d’avoir changé le monde. Nous n’avons que chauffé le poêle, car ce sont nos 143 membres à qui il faut dire bravo.»

Peut-être pas changé le monde, mais d’avoir assurément changé la perception des communautés acadiennes sur l’importance de la santé et du mieux-être.

Au départ, le MACS-NB a été un projet pilote de trois ans créé en 1996, qui s’appelait Villes et villages en santé dans la Péninsule acadienne. L’effet d’engouement a été tel que le mouvement a officiellement débuté, en «contaminant» les gens, diverses organisations publiques et privées ainsi que les communautés à agir en fonction des grands déterminants de la santé.

«Nous avons pu, en 20 ans, stimuler et accompagner la prise en charge citoyenne de la santé et du mieux-être, estime la directrice générale. Notre plus belle réussite a été d’avoir fait rayonner cette vitalité. Nous avons mis la santé et le mieux-être sur le radar en Acadie. Avant, la santé passait par la maladie et les soins. Aujourd’hui, on sait que 10% de la santé est attribuable aux soins, 10% à l’environnement, 40% aux comportements individuels et collectifs et 40% aux facteurs socio-économiques. Nous travaillons donc à changer 90% des influents de la santé et on essaie aussi de toucher à l’autre 10%. Nos idées ont contaminé l’Acadie. Nous sommes un très bon virus!»

Le MACS-NB, c’est aussi l’attribution annuelle des prix Soleil. En 16 ans – les premiers ont été offerts en 2004 -, il y a eu 48 récipiendaires, en plus d’une vingtaine de mentions spéciales. À Beresford, on en ajoutera trois autres à cette liste sélecte, avec deux mentions spéciales et un quatrième membre honoraire.

Plusieurs conférenciers prendront la parole pendant ces deux journées à Beresford (la programmation est disponible au macsnb.ca).

Et il y aura certainement un gâteau. Car qu’est-ce que serait un 20e anniversaire sans un gâteau et des chandelles? n