Cannabis NB a perdu 1,5 million $ au cours de l’été

La société de la Couronne chargée de la distribution du cannabis à usage récréatif a essuyé des pertes nettes de 1,5 million $ au second semestre de l’année 2019-2020.

Environ un an après la légalisation, Cannabis NB n’est toujours pas rentable. Depuis l’ouverture de ses 20 magasins en octobre 2018, les revenus ont été insuffisants pour couvrir les dépenses.

Du 1er juillet au 29 septembre, les ventes de cannabis légal à usage récréatif se sont élevées à 10,7 millions $, une progression de 1,6 million $ par rapport au trimestre précédent.

Cependant, le manque à gagner s’élève à 1,5 million $ (contre 2,2 millions $ au premier trimestre). Les pertes cumulatives enregistrées depuis le 17 octobre 2018 (jour de la légalisation) s’élèvent maintenant à 15,4 millions $.

Le réseau de distribution continue de vendre beaucoup plus via ses magasins (98,9% des recettes) que grâce à son site internet.

À la suite des chiffres d’affaires insatisfaisants, Cannabis NB a dû entreprendre des efforts de restructuration. Plus tôt ce mois-ci, la société de la Couronne a annoncé la suppression de huit postes de gérant de magasin et des sous-gérants. L’hiver dernier, 55 employés avaient été mis à pied.

En mai, le premier ministre progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a promis d’agir pour corriger le tir, quitte à changer le modèle de vente décidé par le précédent gouvernement libéral.

Son gouvernement ne ferme pas la porte à la possibilité de privatiser la vente de cannabis.

Ailleurs en Atlantique, les magasins de vente de produits de cannabis font de bonnes affaires.

La Nouvelle-Écosse a rapporté des ventes de 33,2 millions $ durant sa première année financière, soit 76,6% de plus qu’au Nouveau-Brunswick.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement a annoncé des revenus de 3,8 millions $ au cours du premier trimestre de l’année en cours. C’est deux fois plus par personne qu’au Nouveau-Brunswick, durant la même période.