Les francophones doivent prendre leur place dans le PC, selon Claude Williams

Le nouveau président du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, un visage bien connu en politique provinciale, souhaite que les francophones reprennent leur place au sein du parti.

L’ancien ministre et député Claude Williams reprend du service au sein du Parti progressiste-conservateur un peu plus de cinq ans après sa défaite aux élections provinciales de 2014.

M. Williams a été élu par acclamation à la présidence du parti ce weekend lors de son assemblée générale annuelle à Fredericton.

«Il y a des gens qui m’ont approché pour m’encourager à m’impliquer un peu plus dans le parti, raconte-t-il. L’appui que j’ai senti qui était là en fin de semaine… ça “feel” bien.»

Selon le directeur général du parti, Rick Lafrance, plusieurs candidats potentiels se sont désistés lorsqu’ils ont appris que celui qui a été ministre sous Bernard Lord et David Alward était intéressé par la présidence.

Claude Williams a représenté la circonscription de Kent-Sud à Fredericton de 2001 à 2014.

À titre de président pour un mandat de deux ans, sa principale mission sera d’assurer la vitalité des 49 associations de circonscriptions du parti en prévision des prochaines élections.

M. Williams entend accorder une attention particulière aux régions à majorité francophone qui n’ont élu qu’un seul député progressiste-conservateur lors des dernières élections.

Il souhaite s’attaquer à la perception selon laquelle le Parti progressiste-conservateur est «le parti des Anglais».

«Le parti à une constitution qui est très claire et inclusive. C’est l’égalité des deux communautés linguistiques à travers la province», souligne-t-il.

«Nous autres, les francophones, nous ne pouvons pas juste rester sur les lignes de côté. Nous avons notre place (dans le parti), mais il faut nous impliquer. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’essayer de faire une différence.»

Lors de la course à la chefferie du parti en 2016, Claude Williams avait choisi de coprésider la campagne de Monica Barley, l’une des adversaires de Blaine Higgs.

Cela ne l’empêchera toutefois pas de collaborer avec lui, promet-il.

«Je ne vois aucun problème à travailler avec le premier ministre. D’ailleurs, si j’avais un problème de travailler avec Blaine Higgs, je n’aurais certainement pas posé ma candidature pour le poste.»

MM. Williams et Higgs ont notamment siégé ensemble pendant quatre ans au cabinet du premier ministre David Alward de 2010 à 2014.

Puisque Blaine Higgs est à la tête d’un gouvernement minoritaire. Des élections pourraient en théorie être déclenchées à n’importe quel moment.

«Il faut être prêt. Nous ne sommes peut-être pas aussi prêts qu’on voudrait l’être, mais je pense que nous sommes prêts», affirme Claude Williams.

L’argent est souvent le nerf de la guerre en campagne électorale et le Parti progressiste-conservateur est «financièrement mieux que nous ne l’avons jamais été», souligne-t-il.

Lors des dernières élections provinciales, les progressistes-conservateurs ont remporté 22 circonscriptions et 31,9% du vote populaire contre 21 sièges et 37,8% des appuis pour le Parti libéral.

Le Parti vert et l’Alliance des gens ont fait élire trois députés chacun avec un score de 11,9% et de 12,6% respectivement.

Le gouvernement Higgs célèbrera son premier anniversaire, samedi.