L’été 2019 a été une saison touristique de rêve au Nouveau-Brunswick

Le gouvernement provincial célèbre une saison touristique de rêve alors que l’industrie appréhende la suite après les importantes compressions budgétaires effectuées au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

La saison estivale a été bonne cette année pour le secteur touristique au Nouveau-Brunswick.

Selon le ministère du Tourisme, les principales attractions touristiques de la province ont connu une augmentation de leur fréquentation de huit pour cent pour la période de juin à août.

«Je suis très fier des résultats de cette année et je tiens à féliciter tous ceux et celles qui ont contribué à la réussite de cette saison touristique estivale», a déclaré le ministre Robert Gauvin en conférence de presse.

L’Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick (+21%), le Musée du Nouveau-Brunswick (+18%), Kings Landing (+18%) et le Jardin botanique du Nouveau-Brunswick (+17%) sont parmi les attractions qui ont connu les plus importantes augmentations de leur achalandage.

Afin de poursuivre sur cette lancée, le ministère prépare une nouvelle stratégie touristique pour soutenir les opérateurs de l’industrie.

«Nous avons comme objectif d’encourager la création de nouveau produit et d’expérience exceptionnelle pour les visiteurs et pour ce faire nous allons soutenir les entrepreneurs afin qu’ils puissent mieux s’adapter aux tendances touristiques émergentes, améliorer leurs compétences et leurs capacités en affaire et accroître leur norme d’excellence», indique le ministre Gauvin.

«Nous prévoyons également accroître la capacité de l’industrie en offrant de la formation sur le développement des affaires, le marketing, les médias sociaux et le service à la clientèle.»

L’excellente saison estivale du point de vue de l’achalandage a été précédée par une réduction de 37% du budget annuel du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

Fredericton a notamment décidé de fermer les centres d’information aux visiteurs d’Aulac et de Woodstock, d’éliminer les deux postes de représentant touristique du Nouveau-Brunswick en France et en Angleterre et de mettre fin à la version papier du guide touristique provincial.

Selon le président de l’Association de l’industrie touristique du Nouveau-Brunswick, Dan Myers, les effets de ces compressions budgétaires ne se sont pas encore fait sentir.

«Le marketing, c’est pour l’avenir, pour un an, deux ans, cinq ans. Je ne pense vraiment pas que les compressions ont eu des effets cette année. Les gens ont fait leur plan avant que les compressions n’entrent en vigueur. Il nous faudra quelques années pour voir quelles seront ces conséquences.»

M. Myers estime que les opérateurs touristiques devront redoubler d’efforts pour pallier les effets négatifs des décisions du gouvernement.

«Toute réduction compromet l’avenir de cette industrie, surtout si l’on considère des marchés clés comme l’Ontario et le Québec, où nous savons que des réductions ont été effectuées. Nous devrons trouver un moyen de nous en remettre», indique le président de l’Association touristique.

«Lorsque le budget est réduit aussi radicalement qu’il l’a été cette année, quelqu’un doit rattraper ce retard.»

Dan Myers est cependant satisfait de la décision du gouvernement de donner aux gouvernements locaux le pouvoir de mettre en place une taxe sur l’hébergement touristique afin de financer le marketing et le développement du tourisme.

«Chaque région peut déterminer ce qui est essentiel pour elle et aider à en faire la promotion et la commercialisation», souligne-t-il.