Quels Néo-Brunswickois seront au Conseil des ministres?

Les membres du Conseil des ministres du gouvernement libéral de Justin Trudeau seront connus mercredi. Lesquels des six députés libéraux du Nouveau-Brunswick auront une place à la table?

L’Acadie Nouvelle a interviewé deux politologues à ce sujet: Roger Ouellette, professeur à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, et Stéphanie Chouinard, professeure adjointe au département de science politique du Collège royal militaire du Canada à Kingston, en Ontario.

Les deux s’entendent pour dire que le premier ministre devra tenir compte de la représentation régionale dans le choix qu’il fera connaître mercredi.

Pour lL’Acadie Nouvelle a interviewé deux politologues à ce sujet: Roger Ouellette, professeur à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, et Stéphanie Chouinard, professeure adjointe au département de science politique du Collège royal militaire du Canada à Kingston, en Ontario.

Les deux s’entendent pour dire que le premier ministre devra tenir compte de la représentation régionale dans le choix qu’il fera connaître mercredi.

Pour le moment, personne ne sait si Dominic LeBlanc (Beauséjour) décrochera à nouveau un poste de ministre. Même s’il a déjà occupé les fonctions de ministre des Pêches et Océans et celui de ministre des Affaires intergouvernementales, tout dépend de son état de santé.

«Je pense qu’il doit suivre les avis de ses médecins. Si ce n’était pas de cette question de santé, c’est sûr qu’il aurait sa place au Cabinet», estime Roger Ouellette.

Stéphanie Chouinard ne croit pas que Dominic LeBlanc sera exclu du cabinet. Par contre, elle estime que le poste de ministre aux Affaires intergouvernementales vient avec une charge de travail imposante.

«Il y a beaucoup de grogne vis-à-vis Ottawa dans les provinces de l’ouest et il y a une remontée du nationalisme au Québec. Ça va prendre un membre du cabinet qui sera prêt à mettre énormément d’énergie sur ce dossier-là. Je n’ai donc pas l’impression que M. LeBlanc sera la personne indiquée pour ce poste dans l’annonce de demain», analyse-t-elle.

Le bureau parlementaire de Dominic LeBlanc n’a pas répondu aux questions de l’Acadie Nouvelle sur ses intentions pour la session.

Ginette Petitpas-Taylor (Moncton–Riverview–Dieppe) était ministre de la Santé au sein du dernier gouvernement. Conservera-t-elle ce poste? Son travail sera-t-il récompensé par l’obtention d’un autre portefeuille ministériel?

«Elle était déjà ministre et elle n’a pas fait de gaffes. Compte tenu du fait que Justin Trudeau veut un cabinet à parité homme femme, ça me paraît certain qu’elle fera partie du cabinet. Mais je ne sais pas si elle occupera un autre poste», affirme Roger Ouellette.

La santé est une compétence provinciale. Stéphanie Chouinard souligne toutefois que Ginette Petitpas-Taylor a eu à gérer deux dossiers importants lors de son mandat: la légalisation du cannabis et la modernisation du guide alimentaire canadien.

«Je pense que sa performance a été vue comme satisfaisante de ce point de vue là. Compte tenu de son expertise, je ne sais pas si elle souhaite passer à un autre dossier, mais je ne serais pas surprise de la voir garder son poste de ministre de la Santé», dit la professeure adjointe.

Parmi les autres joueurs, il y a Serge Cormier (Acadie-Bathurst), qui était secrétaire parlementaire du ministère de la Défense nationale. Ce poste est parfois un tremplin pour devenir ministre, selon Stéphanie Chouinard.

Roger Ouellette estime par contre que les places sont serrées dans les Maritimes.

«Si le premier ministre veut un cabinet plus large, quelqu’un comme Serge Cormier aurait peut-être une chance. Ce n’est pas à exclure», dit-il.

Roger Ouellette indique que les libéraux ont réussi à conserver des sièges dans les circonscriptions majoritairement anglophones de Pat Finnigan (Miramichi-Grand Lake) et de Wayne Long (Saint-John-Rothesay). Ils seraient par contre écartés du calcul en faveur d’une représentation plus large d’autres provinces.

Selon les politologues, les résidents de l’Atlantique devront tenir à l’œil le poste de ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APÉCA).

Ce poste revient traditionnellement à un député de l’Atlantique, mais il était occupé depuis 2015 par Navdeep Bains, député de Mississauga-Malton, en Ontario.