Accueil Sainte-Famille: «On est un peu en mode panique»

«Il ne faut pas oublier ces femmes et ces enfants victimes de violence conjugale et familiale. Ils ont besoin d’un hébergement gratuit, sécuritaire et réconfortant.»

Katia Hungar est inquiète. La campagne annuelle de financement de l’Accueil Sainte-Famille, ce lieu situé à Tracadie pour accueillir et héberger des femmes et des enfants violentés de la Péninsule acadienne, roule au ralenti.

À moins de 10 jours de l’illumination de l’arbre de Noël en face de l’édifice, cette sollicitation organisée par la Fondation Soeur Cécile-Renaud a recueilli moins de 30 000$, sur un objectif de 70 000$.

«On est un peu en mode panique», admet sans détour la présidente de la Fondation dans ce qu’elle appelle un cri du coeur auprès de la communauté régionale.

L’Accueil Sainte-Famille célèbre cette année son 40e anniversaire. Jusqu’à présent en 2019-2020, il connaît le plus haut taux d’occupation (70%) de son histoire.

Depuis son ouverture, il a hébergé tout près de 4900 personnes. Dans les deux dernières années, l’Accueil a vu bondir la présence d’enfants victimes de violence conjugale et familiale (une hausse de 50%).

En 2018-2019, et ce malgré une fermeture de six mois pour des rénovations majeures, le service a aidé 275 personnes.

Tout ça grâce à diverses subventions gouvernementales, mais surtout en raison de la grande générosité des gens de la région. La campagne annuelle permet de combler le manque à gagner financier afin d’assurer la continuité des services.

Sauf que là, il aura fallu attendre la fin de l’année fiscale 2018-2019 pour atteindre les 70 000$ visés. C’était la première fois que la Fondation ne parvenait pas à recueillir cette somme au 1er décembre.

Et maintenant, on se dirige vers une bien mauvaise tendance, avec possiblement une deuxième année consécutive sans l’atteinte de l’objectif.

Selon Mme Hungar, cela s’explique dans la réduction du nombre de levées locales de fonds en raison d’un manque de bénévoles. Aussi, en cette période de l’année, les gens sont sollicités de toutes parts pour des causes sociales tout aussi valables.

«Pour nous, chaque dollar est important, car cela a un impact direct sur nos services. C’est pour cela que notre campagne est essentielle afin d’assurer la gratuité de logements, de nourriture, de transport et de garde des animaux. L’Accueil est situé à Tracadie, mais elle couvre toute la Péninsule acadienne. Il faut absolument atteindre notre objectif, d’où ce cri du coeur», relate-t-elle.

Sinon, il faudra évaluer la suite des choses. L’Accueil Sainte-Famille ne fermera pas ses portes, mais l’enjeu pourrait toucher quelques-uns des services, fait part la porte-parole.

«Par exemple, nous avons un service de suivi externe pour les femmes jusqu’à leur autonomie. Ce serait dommage de ne plus l’avoir, car il assure une nouvelle indépendance sans violence pour ces femmes. Durant le temps des Fêtes, la violence conjugale et familiale ne prend pas de pause. C’est une période très occupée à l’Accueil. La violence était là il y a 40 ans et elle est là encore aujourd’hui. Nous avons besoin de l’Accueil plus que jamais et c’est grâce à la générosité des gens si nous pouvons continuer», déclare Katia Hungar.