UNI renforce ses mesures de sécurité dans le Grand Moncton

Ici, il ne s’agit pas de sécurité virtuelle, mais bien de sécurité physique. UNI Coopération financière a décidé d’augmenter les mesures de sécurité dans la région, après les vols survenus à Moncton et à Dieppe à la mi-novembre.

Un vol a été commis à la succursale de la Banque TD située sur la rue Regis, à Dieppe, le 15 novembre dernier. Quatre jours plus tard, un autre vol avait lieu à la CIBC sur le chemin Mountain, à Moncton.

Chad Adam Noël a été arrêté le 21 novembre pour ces deux vols de banque. Il fait face à deux chefs d’accusation de vol à main armée.

Julie Francoeur, directrice de l’expérience client chez UNI, confirme que les caisses acadiennes ont renforcé leurs mesures de sécurité depuis ces incidents criminels.

Elle ne peut pas expliquer en quoi consistent ces mesures pour des raisons de sécurité.

«On ne veut certainement pas dévoiler cette information au grand public et aux voleurs», indique-t-elle.

Dans les succursales qualifiées «à risque», des gardiens de sécurité sont en poste.

Les zones sécurisées se trouvent dans un secteur où une institution financière a subi un vol.

La succursale UNI sur la rue Saint-Georges à Moncton, par exemple, s’est munie d’un gardien de sécurité. Il est en poste à certains moments du jour et du soir dans l’entrée de la caisse.

Julie Francoeur affirme que la rue Saint-Georges est un endroit où UNI a observé un plus grand nombre de vols et de délits.

«Le gardien de sécurité est une option, mais n’est pas la seule.»

Mme Francoeur n’a pas révélé les autres moyens utilisés pour des raisons évidentes de sécurité. Les caisses UNI ne dévoilent pas non plus lesquels des sept points de service du Grand Moncton sont maintenant dotés d’un d’agent de sécurité.

Il s’agit d’une mesure pour la protection des clients et des employés.

«Ce n’est pas la première fois, on le fait souvent. On met des agents de sécurité dans les endroits où on juge que c’est important.»

Cette tactique de renforcement de sécurité serait même utilisée assez régulièrement, selon Mme Francoeur.

«C’est vraiment pour rassurer nos clients et nos employés.»

Dans certains quartiers où la sécurité est un peu plus à risque, il y a des succursales où les guichets automatiques ne sont pas ouverts la nuit. La succursale sur la rue Saint-Georges est encore un exemple.

«La sécurité chez nous, que ce soit un vol virtuel ou un vol physique, c’est toujours une préoccupation parce qu’on est le gardien de l’argent des membres.»

UNI dit toutefois ne pas avoir enregistré de plaintes de clients sur la sécurité au cours des derniers mois.