Andrew Scheer lance un appel à l’unité des troupes conservatrices

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a lancé un appel à l’unité au sein de ses troupes au moment où la division est de plus en plus perceptible parmi ceux qui lui imputent la défaite électorale du 21 octobre dernier.

Dans un discours vendredi à l’assemblée générale annuelle du Parti conservateur uni de l’Aberta, M. Scheer a déclaré que les dissidents croient que le Canada a besoin d’un second Parti libéral. Il reproche à ceux qui réclament une course au leadership d’avoir des intérêts personnels et de vouloir transformer le prochain congrès du Parti conservateur du Canada, en avril à Toronto, en un lieu de combat interne.

Les électeurs ont réélu un gouvernement libéral en octobre dernier, mais cette fois minoritaire. Ils ont toutefois connu un important recul en Alberta et en Saskatchewan où la grogne est importante face à la taxe sur le carbone.

M. Scheer s’est dit déçu des résultats de la dernière élection fédérale, mais il assure être à l’écoute des militants de son parti afin de déterminer les améliorations à apporter en vue du prochain scrutin.

Plus tôt dans la journée, le député et ancien ministre Ed Fast a affirmé qu’il avait renoncé à occuper un poste au sein du cabinet fantôme d’Andrew Scheer parce qu’il estime que le chef de l’Opposition officielle à Ottawa a besoin d’être entouré par des députés qui appuient son leadership.

Le député conservateur de la Colombie-Britannique ne s’est pas caché pour exprimer sa frustration face à la politique de son parti face aux changements climatiques, soulignant que la plupart des électeurs qu’il avait rencontrés ne savaient même pas que les conservateurs en avaient une.