Foyers sous l’égide des réseaux de santé: pas un gage de succès

L’idée de faire passer les foyers de soins sous la juridiction du ministère de la Santé et des réseaux de la santé ne fait pas l’unanimité au Nouveau-Brunswick.

L’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick sont toutes deux opposées à l’idée mise de l’avant par les réseaux Vitalité et Horizon.

La directrice générale de l’Association des foyers de soins, Jodi Hall, estime que le transfert de ces établissements du ministère du Développement social vers celui de la Santé ne règlerait en rien les problèmes qui touchent à la fois les hôpitaux et les foyers de soins.

«Nous sommes très conscients de l’état de crise dans les hôpitaux, où les gens attendent que des lits dans les foyers de soins deviennent disponibles et nous comprenons aussi que les réseaux de la santé font face à des pénuries de personnel, tout comme les foyers de soin», indique Mme Hall par courriel.

«Cela ne signifie pas que les hôpitaux ou les foyers de soins ont failli à la tâche. Il s’agit d’un problème systémique beaucoup plus important.»

Les réseaux de la santé affirment qu’il serait possible de réduire considérablement le séjour à l’hôpital des personnes âgées en attente d’une place en foyer de soins si ces établissements étaient sous leur responsabilité.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne dans laquelle les foyers de soins relèvent du Développement social plutôt que de la Santé. Un changement ne serait cependant pas un gage de succès, selon Mme Hall.

«Les autres provinces ne font pas mieux que nous à cet égard et elles ont leurs propres défis. Ce n’est pas parce que ça se fait ainsi dans d’autres provinces qu’il y a lieu d’envisager cette mesure.»

Le directeur général par intérim de l’Association francophone des aînés, Jean-Luc Bélanger, affirme que la proposition des réseaux de la santé n’est qu’une solution à court terme qui pourrait nuire aux communautés dans lesquelles se trouvent les foyers de soins.

M. Bélanger craint que les réseaux accordent la priorité aux personnes âgées qui sont hospitalisées afin de désengorger les hôpitaux au détriment de ceux qui attendent une place en foyer de soins à partir de chez eux ou chez un proche.

«Ils veulent régler ça à court terme pour avoir des lits disponibles pour les patients qui en ont besoin, mais si ces gens-là passent en premier, qu’est-ce qui va arriver à ceux qui demeurent dans les communautés?»

Le gouvernement devrait plutôt consacrer davantage de ressources aux services dans la communauté ainsi qu’à domicile afin de garder les années chez eux le plus longtemps possible, selon Jean-Luc Bélanger.

«Nous préférons que (les foyers de soins) demeurent au Développement social parce qu’on fait des liens avec les communautés.»

Le ministre de la Santé, Ted Flemming, a indiqué la semaine dernière que les fonctionnaires de son ministère étudient attentivement la suggestion des réseaux Vitalité et Horizon.

Jodi Hall de l’Association des foyers de soins confie ne pas encore avoir été consultée à ce sujet. Elle s’interroge notamment sur l’avenir du modèle de gouvernance de ces établissements.

Bien qu’ils soient financés en partie par le gouvernement, les foyers de soins sont des entités indépendantes gérées par des conseils d’administration issue de la communauté ou par l’entreprise privée.

«Il ne s’agit pas de résister au changement, mais de prendre des décisions au niveau systémique qui s’attaquent aux causes profondes des problèmes, ce qui ne peut se faire que si nous travaillons tous ensemble.»