La loterie pour les paroisses de Caraquet est assurée de faire des profits

À sa première expérience, la loterie pour les paroisses de Caraquet, de Bas-Caraquet et de Bertrand est déjà assurée de générer des profits. Et il reste encore deux tirages.

Selon le père Patrick McGraw et la coprésidente du comité de gestion de la paroisse Saint-Pierre-aux-liens de Caraquet, Louise Roy, chacune des trois communautés chrétiennes pourra engranger près de 10 000$. Cette somme risque fort de se bonifier d’ici au dernier tirage, prévue le samedi 14 décembre après la messe en soirée à l’école L’Escale des jeunes de Bas-Caraquet.

Plus de 1500 personnes ont acheté des billets. Du nombre, au-delà de 80% ont opté pour le bloc de cinq participations à 50$.

Ce succès confirme également qu’il y aura une deuxième loterie du même genre, à l’automne 2020.

«Ça va bien, estime Mme Roy. Nous venons de défricher le terrain et nous avons fait connaître notre activité. Il y aura une suite, c’est certain. Nous allons faire le bilan de tout ça au début de 2020. Jusqu’à maintenant, nous avons obtenu une très bonne réponse et il y a encore beaucoup de monde qui ne connaît pas cette loterie.»

Certes, on est loin de l’objectif de 3000 billets vendus et des profits espérés de 20 000$ à 30 000$ par communauté, mais compte tenu des circonstances, elle souligne que l’appui de toute la Péninsule acadienne a été très apprécié.

«Bien entendu, on ne peut comparer ça avec la chasse à l’as à Lamèque (dont le prix final avait été de plus de 3 millions $ en 2017). Nous sommes plus locaux. Mais on sent un engouement de partout dans la région. Plusieurs personnes viennent nous appuyer parce qu’elles connaissent le père McGraw. Certains sont là pour la loterie, d’autres sont là pour la cause. On a les deux», poursuit Mme Roy.

Chaque semaine, près de 8000$ en argent, dont un premier prix de 5000$ et un deuxième de 1000$, sont distribués à travers le tirage. En tout, il y a 18 prix par semaine, avec notamment de nombreux bons d’achat des commerçants locaux.

«Le résultat est très intéressant, analyse le père Patrick McGraw. Ça vient de partout de la région. C’est une loterie vraiment péninsulaire, peu exigeante pour les bénévoles et les gens qui ont des liens avec nos communautés participent en grand nombre. Nous sommes aussi dans une période où les gens sont très généreux. Chaque paroisse fera un profit, et un bon.»

Il y a près d’un an, soit à la messe de Noël, le comité de gestion de la paroisse Saint-Pierre-aux-liens de Caraquet avait distribué une lettre aux paroissiens qui mentionnait les défis financiers à venir dans la communauté.

Avec un déficit prévu de 20 000$ en 2018, le comité avait indiqué qu’à ce rythme, le fonds de réserve ne durerait pas 10 ans. Également, il y avait des rénovations urgentes à apporter au clocher de l’église, dont le coût est estimé à près de 30 000$.

À Bertrand, l’église a aussi besoin de réparations, dont la rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite, un nouveau perron et le système de chauffage. À Bas-Caraquet, la paroisse veut équiper la cuisine de la nouvelle église en cours de construction.

Cette année, la paroisse de Saint-Simon a été exclue de l’exercice, car elle était encore en plein coeur de sa propre chasse à l’as. Elle sera partie prenante de la prochaine loterie, a fait part Mme Roy.