Soirée électorale: Radio-Canada «aurait pu mieux servir» les communautés hors Québec

L’ombudsman de Radio-Canada donne en partie raison à une citoyenne d’Ottawa qui s’est plainte du «parti pris éditorial québécocentriste» lors de l’émission de la soirée électorale fédérale du 21 octobre 2019 présentée sur les ondes d’ICI Radio-Canada.

Aude Rhamani a déposé sa plainte au lendemain des élections à l’ombudsman de Radio-Canada, Guy Gendron.

Dans sa plainte, la résidente d’Ottawa s’indique que Radio-Canada, dont le mandat est de refléter la diversité régionale du pays, ait mis l’accent «sur les résultats des circonscriptions québécoises en terme de nombre de vues et de temps d’antenne». Elle déplore également «le traitement pauvre ou quasi inexistant des résultats des circonscriptions des autres provinces et territoires».

«Il s’agissait ici d’élections fédérales, et la moindre des choses aurait été d’informer avec la même attention et avec le même respect les spectateurs francophones à la grandeur du pays sur tous les résultats et d’en faire une analyse province par province et territoire par territoire!»

Mme Rhamani n’est pas la seule à avoir dénoncé le «québécocentriste» de RDI lors de la soirée électorale. Plusieurs Acadiens ont en effet utilisé les réseaux sociaux pour critiquer le diffuseur public.

Dans une lettre publiée dans la section Mon opinion de l’Acadie Nouvelle, le 24 octobre, une citoyenne de Dieppe, Bernardette Landry, a exprimé sa déception, affirmant qu’«encore une fois, le réseau national de Radio-Canada ne s’intéressait pratiquement qu’au Québec, même s’il s’agissait bel et bien d’une élection fédérale».

Le soir du 21 octobre, de nombreux francophones hors-Québec ont même affirmé sur Twitter se tourner vers le réseau anglais de Radio-Canada afin de connaître les résultats et les réactions de leur coin de pays.

Comme le veut la procédure, l’ombudsman a demandé au service de l’Information de Radio-Canada de répondre à la plaignante.

Le directeur des Opérations numériques et des relations citoyennes au service de l’Information de Radio-Canada, Pierre Champoux, a notamment insisté sur le fait que depuis quelques années, les façons de vivre la soirée électorale ont évolué, les résultats en direct étant accessible sur de nombreuses plateformes.

«Délestée de la responsabilité autrefois exclusive de débiter tous les résultats, l’émission télé peut maintenant se consacrer à donner du sens, analyser, mettre en relief ce qui bouge et provoque le changement. Or, le soir du 21 octobre, c’est au Québec que les changements les plus profonds se produisaient, avec le résultat que l’on sait.»

Dans son étude du grief, l’ombudsman souligne que sur les huit personnes qui avaient le mandat d’analyser les résultats lors de la soirée électorale sur RDI, une seule habite à l’extérieure du Québec. De plus, sur la dizaine de reporters présents sur le terrain, tous étaient déployés au Québec, sauf un seul en Atlantique (Élisa Serret, à Dieppe).

«Je note qu’aucun de ces reporters de terrain n’était déployé à l’ouest de la rivière des Outaouais où se trouvent pourtant les deux tiers des circonscriptions canadiennes», souligne l’ombudsman.

M. Gendron a aussi analysé le nombre de fiches de circonscriptions qui ont été présentées en onde (et sur lesquelles étaient affichés les résultats).

Son étude «témoigne de la place secondaire accordée aux provinces autre que le Québec», surtout lors de «la période la plus cruciale de la soirée électorale, celle où se vit le suspense quant au sort du prochain gouvernement».

Dans sa conclusion, l’ombudsman indique que «l’émission spéciale de la soirée électorale fédérale, présentée le 21 octobre 2019 sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé, aurait pu mieux servir le mandat du diffuseur public qui lui demande de refléter la diversité et de présenter des informations pertinentes à tous les citoyens.»

Soirée électorale «québécocentriste»: des réactions de leaders acadiens

L’avocat Michel Doucet avait critiqué le peu de place accordée aux communautés francophones hors Québec le soir de l’élection.

«Je suis bien content que l’ombudsman reconnaisse ces lacunes-là, et j’espère qu’il y aura des mesures mises en place pour que ça ne se reproduise plus.»

Il explique qu’il a opté de suivre l’élection sur CBC pour avoir une analyse de l’Atlantique.

Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l’Acadie, se souvient d’une époque où la première partie de la soirée électorale émanait de l’Atlantique.

«J’ai constaté que maintenant, tout ça se fait de Montréal, alors la centralisation, dans ce cas-ci, ne nous a pas bien servi, surtout au niveau de l’analyse des résultats. On s’est concentrés énormément sur le Québec.»

Elle déplore le fait que le panel d’analystes politiques ne comportait pas non plus d’expert issu des provinces de l’Atlantique.

«Radio-Canada comme entité peut faire mieux. Elle peut décentraliser lorsque c’est opportun, et lors d’une soirée électorale, c’est opportun», lance-t-elle.

La présidente de l’organisme national est d’avis que le rapport de l’ombudsman est de bon augure pour les communautés francophones hors Québec.

Ali Chaisson, directeur de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, croit lui aussi que l’analyse des résultats a oublié les régions francophones hors Québec.

«C’est une honte que les francophones en situation minoritaire doivent se tourner aux médias anglophones pour avoir de l’information sur leurs circonscriptions», estime-t-il.

Même son de cloche du côté de Frédérick Dion, consultant auprès de municipalités francophones.

«C’était assez flagrant, on l’avait dans la face quand on écoutait la soirée à Radio-Canada. Je suis quand même heureux de voir l’analyse de l’ombudsman à ce niveau-là.»

  • Avec la participation du journaliste Alexandre Boudreau