Climat: Moncton, Beresford et Petit-Rocher sous la loupe du ministère de la Santé

Le ministère de la Santé mènera une étude sur les effets des changements climatiques sur la santé de la population des régions de Moncton et de Chaleur.

L’étude permettra à la province d’être mieux outillée pour faire face à ces impacts.

Tracey Wade, consultante pour le ministère de la Santé, a présenté le projet devant le conseil municipal de Moncton, lundi soir. Elle explique que les changements climatiques représentent maintenant un facteur déterminant de la santé de la population.

Les municipalités de Moncton, Petit-Rocher et Beresford ont été retenues afin que les chercheurs puissent sonder des milieux ruraux et urbains.

Selon Tracey Wade, la région de Moncton est intéressante pour l’étude puisqu’elle est aux prises avec différents défis, notamment une population élevée de sans-abri et l’apparition d’algues bleues-vert dans certaines masses d’eau.

Dans la région Chaleur, l’étude pourrait se pencher sur les risques de feux de forêt, avance la consultante.

Dans l’ébauche de projet, elle mentionne que les citoyens peuvent s’attendre à des températures et des tempêtes plus intenses et à l’augmentation de cas de maladies transmises par les tiques et les moustiques.

Il s’agira donc d’identifier les problèmes qui pourraient survenir et de s’y préparer. Par exemple, elle indique que lors d’une vague de chaleur, l’urgence de l’hôpital local pourrait être plus achalandée en raison des coups de chaleur.

«Nous allons parler aux communautés les plus vulnérables et leur demander quelles sont leurs préoccupations, par exemple par rapport aux vagues de chaleur ou à la qualité de l’eau», indique-t-elle en mêlée de presse.

Les résultats de l’étude aideront le ministère de la Santé à élaborer de nouveaux programmes et du matériel éducatif pour gérer ces problèmes.

Santé Canada a déjà préparé un guide à l’intention des régies de santé locales pour leur permettre de mener des Évaluations de la vulnérabilité et de l’adaptation de la santé face au changement climatique.

Les chercheurs de l’étude menée au Nouveau-Brunswick seront aussi chargés d’adapter ce guide à la réalité du Nouveau-Brunswick.

Le ministère prévoit une session d’information le 16 avril prochain, lors de laquelle des experts en la matière pourront préciser les détails de l’étude et informer la population. Le lieu de la rencontre n’est pas encore déterminé, selon Tracey Wade.

L’étude prévoit la participation d’employés de la Ville de Moncton au sein d’un groupe de travail. Les conseillers ont approuvé la signature d’une lettre d’entente non contraignante à cet effet lundi soir.