On parle de la santé du cerveau à Edmundston

Depuis la mi-septembre, 30 personnes se rendent au CCNB – campus d’Edmundston les mardis soir pour entendre Claude Carrier et Saad Dimachki parler de l’importance de la santé du cerveau.

«Plusieurs personnes ne réalisent pas combien nos choix de vie influent sur le vieillissement normal de notre cerveau. Certains comportements ont un lien positif, d’autres un lien négatif avec la santé de notre cerveau, mais il est clairement démontré par les études que l’alimentation est le facteur le plus important. Par certaines saines habitudes de vies, que l’on découvre lors de la formation, les gens porteurs du gène de l’Alzheimer peuvent réduire significativement le risque de développer la maladie», a commenté l’un des formateurs, Claude Carrier, PH. D.

L’écart d’âge entre les participants à la formation est impressionnant. La plus jeune participante est âgée de 41 ans et la doyenne de la classe a près de 85 ans.

«Lorsque j’ai entendu parler de la formation, je me suis tout de suite inscrite avec ma mère. Nous avons un historique familial d’Alzheimer et je voulais savoir s’il y a quelque chose qu’on peut faire pour éviter la maladie», explique Brenda Laplante, une des plus jeunes participantes du groupe.

«C’est la troisième cohorte que nous offrons et une nouvelle commencera le 7 janvier. Nous sommes plus que satisfaits par les résultats. Je pense à une participante en particulier, qui, suite à la formation, a changé son mode de vie en mettant en pratique ce qui avait été appris en classe. Aujourd’hui, elle est en meilleure santé physique et en meilleure santé mentale. C’est ce genre d’histoire à succès qui nous fait chaud au cœur et qui encourage les formateurs à continuer», a indiqué Louise Martin, chef de développement.