U de M: le nouveau recteur souhaite augmenter le nombre d’étudiants

Élu samedi par les membres du Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton, le nouveau recteur Denis Prud’homme a livré mercredi matin sa vision et ses objectifs pour les années à venir.

Denis Prud’homme entrera en fonction le 1er juillet pour un mandat de cinq ans. Il succèdera à Jacques-Paul Couturier, recteur par intérim depuis 2017 à la suite du départ de Raymond Théberge.

«Il y a plusieurs priorités, à court terme, comme l’établissement d’un nouveau plan stratégique pour 2020-2030, affirme le nouveau recteur. Avant cela, il y aura une prise de données de ma part qui se fera lors de ma première année de mandat.»

Denis Prud’homme assure en outre vouloir offrir une meilleure expérience aux étudiants de l’université.

«L’un de mes premiers objectifs, c’est que le nombre d’étudiants augmente, soutient le docteur. Cela passera par la mise en place de stratégies et d’actions, ou en développant de bonnes méthodes de pédagogie, afin d’inciter encore plus de francophones à venir étudier ici.»

C’est d’ailleurs l’aspect francophone de l’U de M qui a convaincu le Dr Prud’homme de se porter candidat au poste de recteur.

«J’ai été attiré par le leadership que mène l’Université de Moncton au sein de la francophonie et de la communauté acadienne, explique-t-il. Ses trois campus, sa section de recherche, ainsi que sa taille à échelle humaine sont également des aspects qui m’ont poussé à soumettre ma candidature sans hésiter.»

L’université ayant subit des coupures budgétaires ces dernières années, le nouveau recteur sait que l’institution fait face à plusieurs défis financiers.

«C’est le rôle d’un recteur ainsi que celui de ses collègues des autres universités que de maintenir une communication avec les gouvernements, soutient-il. Nous devons sensibiliser les instances provinciales afin qu’elles contribuent à leur juste part au coût des universités. Il est important de leur faire comprendre que les universités peuvent les aider à remplir leurs objectifs, tant sur les plans économiques et éducatifs que sur le plan de l’innovation par exemple.»

Détenteur d’un doctorat en médecine, d’un certificat en médecine familiale, ainsi que d’une maîtrise en science de l’activité physique, les sports universitaires devraient également revêtir une certaine importance pour le nouveau recteur au cours de son mandat.

«Je sais que l’équipe en place est en train de rédiger un rapport qui sera publié au cours des prochains mois, détaille le Dr Prud’homme. Je leur fais pleinement confiance, je sais qu’ils prendront les meilleures décisions qui soient pour nos athlètes.»