Le Parti vert veut augmenter les taux d’aide sociale

Le Parti vert veut obliger le gouvernement à réviser chaque année les taux d’aide sociale en vue de combattre la pauvreté au Nouveau-Brunswick.

Le chef des verts, David Coon, a déposé un projet de loi à l’Assemblée législative, mardi.

«Le gouvernement doit s’assurer que tous les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises aient des revenus suffisants pour satisfaire à leurs besoins avec dignité.Les taux actuels d’aide sociale sont insuffisants et entraînent de la pauvreté forcée par le gouvernement», affirme le député de Fredericton-Sud.

Les prestations de l’aide sociale n’ont pas été augmentées depuis 2014, selon M. Coon.

«Au cours des neuf dernières années, le revenu des bénéficiaires célibataires est demeuré à seulement 537 $ par mois. Essayez de vivre avec ça. C’est impossible. Ajusté pour tenir compte de l’inflation aujourd’hui, ce montant devrait s’élever à 626 $.»

«Le budget de 2020-2021 devrait prévoir une augmentation des taux d’assistance sociale pour compenser le pouvoir d’achat perdu en raison de l’inflation des dix dernières années», demande David Coon.

Le projet de loi 31 obligerait le gouvernement à évaluer les taux chaque année pour assurer que les montants prévus répondent «convenable» aux «besoins» des bénéficiaires.

Cet examen devrait notamment prendre en considération les augmentations du coût de la vie et des nécessités comme le logement, la nourriture, les vêtements, le transport ainsi que les soins et fournitures de santé.

Le résultat de cet examen annuel des taux de l’aide sociale devrait être rendu public à l’Assemblée législative.

«Plusieurs de mes concitoyens qui se présentent à mon bureau pour obtenir de l’aide vivent dans une pauvreté perpétuée par les politiques et par les pratiques actuelles. Ce sont leurs histoires et leurs vécus qui m’ont convaincu de proposer ce projet de loi pour améliorer leur sort», raconte M. Coon.

Le projet de loi 31 prévoit aussi un système indépendant d’appel des décisions de la Commission consultative médicale au sujet du programme de prestations prolongées.

L’initiative du Parti vert donne aussi à la ministre du Développement social l’autorisation de conclure un accord avec le gouvernement fédéral en vue de fournir aux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises un revenu minimum garanti.

La semaine dernière, la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, s’est engagée à étudier la question des taux de l’aide social, mais sans aller jusqu’à promettre de les augmenter.

«Bien que je ne puisse pas encore m’engager sur le budget, comme nous sommes en train d’explorer ces postes budgétaires, je m’engagerai certainement à ce qu’il s’agisse d’une conversation qui aura lieu à la table.»