Cannabis 2.0: les consommateurs doivent faire preuve de patience

Les produits dérivés de la marijuana seront bientôt sur les tablettes d’un Cannabis NB près de chez vous. C’est du moins ce qu’affirme la société de la Couronne ainsi que Zenabis et Organigram, deux des plus importants fournisseurs de cannabis de la province.

Aucune date précise n’a encore été confirmée quant à l’arrivée des produits dérivés, incluant les produits comestibles, dans les magasins Cannabis NB.

Le cannabis comestible est devenu légal au Canada le 17 octobre. Depuis cette date, les producteurs de marijuana peuvent soumettre leurs plans de mise en marché des produits comestibles à Santé Canada. Ces items ont été sujets à une période d’approbation de 60 à 90 jours de la part de l’agence fédérale.

Or, il s’est écoulé une soixantaine de jours depuis le 17 octobre. D’ici peu, les produits comestibles seront mis en vente.

«Au cours des prochains jours, nous commencerons à recevoir des expéditions très limitées de nouveaux produits dans nos magasins.», a indiqué par courriel à l’Acadie Nouvelle Marie-Andrée Bolduc, directrice des communications pour ANBL et Cannabis NB.

Elle affirme aussi que certains des producteurs licenciés sont prêts, mais attendent toujours la confirmation finale des tests effectués par Santé Canada.

Cannabis NB assure que davantage de détails seront bientôt dévoilés.

Pour sa part, le producteur restigouchois Zenabis est en pleine séance de production de produits comestibles et de vapoteuses au cannabis.

Jordan Owens, directeur régional des communications chez Zenabis, mentionne que l’entreprise produira aussi des boissons artisanales à base de marijuana.

Aucun de ces produits ne sera sur les tablettes d’ici l’année prochaine, précise-t-il.

«Nous commencerons lentement notre croissance avec les produits à base de cannabis 2.0.»

Organigram, un autre gros joueur de l’industrie, confirme que la première livraison de vapoteuses au cannabis partira jeudi de l’entrepôt de Moncton. Les produits seront acheminés dans les succursales de Cannabis NB d’ici quelques jours.

Cannabis 2.0: révolutionner la vente du pot

Les producteurs de cannabis voient le lancement des produits dérivés comme une affaire d’or.

Les gens de l’industrie utilisent le terme «cannabis 2.0» qui représente toute une gamme de nouveaux produits dérivés. Le cannabis 2.0 inclut entre autres les produits comestibles, les vapoteuses au cannabis, les crèmes à usage local et les boissons.

Organigram a choisi de développer trois groupes de produits dérivés selon les besoins du marché: les stylos de vapotage, les chocolats infusés et la poudre au THC à effet rapide.

Eh oui! De la poudre au THC à effet rapide.

«Les boissons au cannabis ont attiré beaucoup l’attention des médias. De notre côté, nous avons choisi de créer de la poudre au THC. On pense que c’est un meilleur produit», indique Ray Gracewood, vice-président principal, marketing et communications chez Organigram.

La poudre est inodore, ne goûte rien et se dissout complètement dans l’eau. Elle se prête à toutes les sauces. Le produit se saupoudre dans la nourriture, tout comme dans les boissons.

«C’est une poudre qui peut aller dans n’importe quoi. Tu peux en saupoudrer dans l’eau et en mettre sur une salade», dit-il en vantant les aspects pratiques du produit.

Le plan stratégique de l’entreprise visait à concevoir des produits introuvables sur le marché noir. Mission accomplie.

«Notre poudre est un bon exemple de nos investissements dans la recherche et le développement pour arriver à créer un produit que tu ne trouverais pas sur le marché noir.»

La poudre au THC sera sur les tablettes dans le deuxième trimestre de 2020, quelque part entre avril et juin.

Organigram a aussi fait des investissements considérables dans les machines pour fabriquer le chocolat – comparables à ceux des grands chocolatiers du continent, selon M. Gracewood.

Les amateurs de cannabis à la dent sucrée devront toutefois attendre encore un peu. Les chocolats infusés seront en magasin dans le premier quart de l’année 2020, soit entre janvier et mars.

Les produits dérivés permettent d’aller chercher une plus grande part du marché des consommateurs de cannabis, comme ceux qui n’aiment pas inhaler la fumée.

«Tous ces groupes de produits représentent presque 50% des parts du marché. Quand tu y penses, ça ouvre à tout un nouveau bassin de consommateurs.»