Éclosion de coqueluche à Moncton et à Miramichi

Le ministère de la Santé déclare une éclosion de coqueluche dans les régions de Moncton et de Miramichi. Certains établissements scolaires sont touchés par l’infection bactérienne, dont l’École Bernice MacNaughton, l’École Louis- J. Robichaud et l’École Odyssée.

Plusieurs cas ont été déclarés dans la région chez les enfants d’âge préscolaire et les adultes.

Des cas de coqueluche surgissent de temps à autre, explique le Dr Yves Léger, médecin hygiéniste de la santé, région est. Cependant, les cas recensés dans la région ne cessaient d’augmenter depuis la fin novembre.

Le ministère de la Santé a donc envoyé des lettres à l’École Secondaire Bernice MacNaughton, Louis- J. Robichaud, l’Odyssée, où la coqueluche s’était logée une place.

La dernière éclosion provinciale de coqueluche avait eu lieu en 2012, tandis que celle dans la région du sud-est du Nouveau-Brunswick remonte à 2016.

Le Dr Yves Léger a décidé de déclarer une éclosion le 20 décembre, à l’aube du temps des Fêtes. Cette période est particulièrement prompte aux rassemblements.

«Si les gens sont malades, ils devront prendre des mesures pour éviter de transmettre leur infection à d’autres personnes», conseille-t-il.

La coqueluche est facilement transmissible entre les personnes, surtout par les gouttelettes provenant du nez, de la bouche et de la gorge de la personne infectée.

Il tient à mettre l’accent sur l’importance de laver ses mains, de tousser dans sa manche et d’éviter d’embrasser les autres.

La coqueluche se traduit par une infection de la paroi des voies respiratoires causée par la bactérie Bordetella pertussis.

Les symptômes sont similaires à celui d’un rhume avec des éternuements et de l’écoulement nasal.

Alors, comment différencier une grippe de saison à la coqueluche?

La coqueluche traverserait trois phases selon le Dr Léger.

«Pour les personnes qui ne sont pas immunisées, ça commence typiquement comme un rhume, avec un peu de fièvre, un peu de fatigue, le nez qui coule, une petite toux.»

Les symptômes s’aggravent pendant plusieurs semaines et de sérieuses quintes de toux commencent à faire leur apparition.

«Ils vont se mettre à tousser sans arrêt jusqu’à tant qu’ils n’aient plus d’air dans les poumons. En reprenant leur souffle, on va entendre un genre de son très aigüe qu’on appelle un whoop», poursuit-il.

Les personnes infectées pourraient avoir des nausées et se mettre à vomir après les quintes de toux.

Ce symptôme est une caractéristique de la coqueluche. À ce point-là, les gens devraient être convaincus qu’il ne s’agit pas d’un rhume, affirme Dr Léger.

Le médecin-hygiéniste invite les gens à consulter un médecin s’ils observent ces symptômes ou cela fait plus de deux semaines que les gens traînent une toux.