Nouveau plaidoyer pour une voie de contournement à Edmundston

Profitant du passage au Madawaska du vice-premier ministre Robert Gauvin, la communauté d’affaires d’Edmundston a de nouveau réclamé l’aménagement d’une voie de contournement dans l’espoir de réduire la présence de poids lourds dans le centre-ville de la municipalité.

L’élu conservateur de la Péninsule acadienne a partagé, tôt jeudi matin, un petit déjeuner avec des représentants de la Chambre de commerce d’Edmundston afin d’échanger au sujet des enjeux propres à la région qu’il visitait.

Ardemment souhaité par le maire Cyrille Simard et les autres élues de la municipalité, ce projet de voie de contournement tarde à voir le jour.
Malgré cette volonté de l’administration municipale, il n’y a toujours pas de cadre financier ni d’échéancier et de tracé précis qui permettraient sa mise en œuvre dans un avenir rapproché.

«Il y a lieu de voir avec le ministère des Transports… Nous en sommes rendus aux discussions, il y a eu du travail et un projet qui sera présenté», a indiqué Robert Gauvin à l’issue de la rencontre avec la communauté d’affaires.

Selon l’administration municipale, de 500 à 800 camions empruntent quotidiennement le centre-ville d’Edmundston. La cohabitation entre les poids lourds, les piétons et les nombreux commerces n’est pas toujours des plus harmonieuses.

«Il y a moyen de contourner le centre-ville d’Edmundston et d’enlever le transport lourd à faible coût», soutient Daniel Thériault, le président de la Chambre de commerce de la région d’Edmundston.

«On va refaire nos devoirs et arriver avec un projet préliminaire en faisant les choses en bonne et due forme.»

La rencontre entre Robert Gauvin et les gens d’affaires d’Edmundston a été qualifiée de fructueuse.

L’immigration, la main-d’œuvre, le tourisme et le développement économique ont également fait l’objet de discussions entre les participants qui étaient réunis dans un hôtel du centre-ville.

Questionné au sujet du chef allianciste Kris Austin qui s’est dit prêt à continuer d’appuyer le gouvernement minoritaire en place à Fredericton, le vice-premier ministre a minimisé la portée des propos du chef de l’Alliance des gens du N.-B.

«Je ne gouverne pas en fonction des autres partis. Le Nouveau-Brunswick réalise de plus en plus que le premier ministre, c’est Blaine Higgs. C’est lui qui prend les décisions», a affirmé Robert Gauvin.