Trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale: les efforts récompensés

Partie prenante du Centre d’excellence en trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF), le programme Capteur de rêves se distingue des autres services publics lorsqu’il est question de traiter avec les Premières Nations. L’esprit novateur de Capteur de rêve a d’ailleurs fait remporter au Centre d’excellence TSAF le premier Prix de l’innovation Claudette Bradshaw.

L’équipe du Centre d’excellence TSFA du Réseau de santé Vitalité était envahie d’un sentiment de fierté et de travail accompli dans la salle de réception de l’Hôtel Four Points by Sheraton de Moncton, jeudi.

Après avoir travaillé d’arrache-pied pour développer le programme Capteur de rêves, le Centre d’excellence TSAF a reçu le prix de l’innovation Claudette Bradshaw. C’est Mme Bradshaw en personne, ancienne députée fédérale qui a consacré sa vie à défendre les plus démunis, qui a couronné l’organisme.

Claudette Bradshaw, Dre Nicole LeBlanc, directrice médicale du Centre d’excellence en TSAF, Annette Cormier, gestionnaire du Centre d’excellence en TSAF et Noel Milliea, aîné de la Première Nation d’Elsipogtog.

Noel Milliea, aîné de la Première Nation d’Elsipogtog, a prononcé un discours poignant sur la nécessité de Capteur de rêves dans les communautés autochtones.

Les autochtones sont méfiants de la société canadienne, annonce-t-il d’emblée aux personnes présentes.

«Notre communauté en est venue au point de ne plus être capable de faire confiance à cause des nombreuses trahisons survenues dans le passé.»

M. Milliea fait référence aux cicatrices laissées par l’assimilation et la colonisation.

En revanche, les Premières Nations ont appris à faire confiance aux intervenants du Centre d’excellence TSFA, car le programme avait été adapté pour eux. Une denrée rare quant aux services publics traditionnels.

«Normalement, la société dominante impose n’importe quel programme qu’elle pense pouvoir faire marcher sur nous», accuse-t-il.

Le modèle de prestation de services Capteur de rêves a été conçu avec les recommandations des communautés autochtones. Le programme est malléable selon les ressources et les besoins des clients atteints du spectre de l’alcoolisation fœtal.

Lorsque le Centre d’excellence TSAF a voulu intégrer la perspective autochtone au sein du programme, la Dre Nicole LeBlanc, médecin-conseil au Centre d’excellence TSAF et d’autres membres de l’équipe ont fait appel à l’aide de M. Milliea.

Il leur a entre autres expliqué ce que veut dire être un «Indien».

Considérer l’environnement

La Dre Nicole LeBlanc se dit reconnaissante des conseils qu’elle et son équipe ont reçus de la part des aînés des Premières Nations.

Elle souligne que le point de départ était d’aider les communautés autochtones.

La Dre Nicole LeBlanc, médecin-conseil au Centre d’excellence TSAF, croit qu’il faut considérer les conditions socioéconomiques avant de parler du trouble d’alcoolisation fœtale.

«Je pense qu’elles sont les mieux placées pour savoir ce dont elles ont besoin.»

L’idée du Capteur de rêve composé d’espaces sécuritaires où les gens se sentent bien est née. Le modèle place l’enfant et la famille au centre du processus de guérison.

Avant de parler du trouble d’alcoolisation fœtale, il faut considérer bien d’autres conditions socioéconomiques dans la balance, poursuit Dre LeBlanc.

«On ne peut pas produire un diagnostic si les gens sont inquiets et préoccupés parce qu’ils n’ont pas de nourriture, pas de toit sur la tête et qu’ils ont peur qu’on leur enlève leur enfant», indique-t-elle.

Noel Milliea estime que Capteur de rêves permet aux gens de sa communauté atteints du spectre de développer des habiletés. Ils finissent par faire des pas de géants et croire en eux-mêmes.

«Dre Nicole LeBlanc et toute l’équipe, ce fut un honneur de travailler avec eux. Le fait qu’ils ont demandé pour de l’orientation et des conseils, c’est énorme.»

L’équipe du Centre d’excellence TSAF a instauré Capteur de rêve dans les 15 Premières Nations de la province.

«C’est 15 fois des normes, des cultures et des valeurs différentes. Chaque communauté est vraiment unique.»

Le spectre de l’alcoolisation fœtale se retrouve aussi dans le reste de la société, mais serait plus prévalent dans les réserves vu l’aspect sociohistorique, selon M. Milliea.

Il se dit néanmoins très satisfait avec le programme du Centre d’excellence.

«Les autres services publics devraient user l’exemple de Capteur de rêve pour traiter avec les Premières Nations.»