Déplacement Péninsule offrira du transport adapté

L’organisme Déplacement Péninsule élargit ses services. Un partenariat avec les foyers de soins de Lamèque, d’Inkerman et de Paquetville permet maintenant d’offrir du transport adapté aux personnes ayant un handicap physique.

Déplacement Péninsule, une initiative du Réseau d’inclusion communautaire de la Péninsule acadienne (RIC-PA), a été lancé en 2015. Le service de transport à domicile a pour objectif d’offrir un moyen de transport à ceux qui doivent accéder à des besoins essentiels, comme des rendez-vous au médecin, à l’hôpital, à la pharmacie ou pour faire l’épicerie.

Des bénévoles transportent aussi des clients à des rendez-vous aux hôpitaux de Moncton, Fredericton et même Halifax.

Malgré tout, dans la plupart des cas, les conducteurs bénévoles ne pouvaient offrir des services aux gens ayant des handicaps physiques, dit Suzane Arsenault, directrice générale du RIC-PA.

«On a fait une alliance avec les foyers de soins sans murs. Ils ont des véhicules adaptés. Quand nous aurions des clients avec des besoins particuliers, nous pourrions utiliser la fourgonnette.»

L’initiative des Foyers de soins sans mur est le fruit d’un projet de recherche mené par Suzanne Dupuis-Blanchard, professeure de l’Université de Moncton. Il s’agit d’offrir aux aînés qui désirent demeurer à la maison les mêmes soins et services que s’ils étaient établis dans une résidence pour personnes âgées.

Le programme a été mis à l’essai dans quatre foyers de la province, aux Résidences Inkerman, à Inkerman, aux Résidences Lucien Saindon, à Lamèque, au Manoir Edith B. Pinet, à Paquetville et au Westford Nursing Home, à Port Elgin.

«Quand nous avons des clients avec des handicaps physiques qui ne peuvent pas embarquer dans une voiture non adaptée, ça nous empêche d’offrir le service. Avec cette alliance, nous allons pouvoir desservir plus de personnes», ajoute Mme Arsenault.

Déplacement Péninsule dessert actuellement quelque 350 clients. Pour bénéficier du service, on demande de prendre un rendez-vous une semaine à l’avance.

«On a toujours besoin de plus de bénévoles. On demande toujours de prendre un rendez-vous une semaine d’avance, mais ça arrive des fois que le médecin appelle pour un rendez-vous le lendemain. Des fois, les bénévoles ne sont pas disponibles.»

Plus de renseignements sont disponibles sur Internet (www.adaptationpa.ca)