L’entraînement physique, un combat de tous les jours pour garder la motivation

Le froid et le manque de lumière se sont invités dans le quotidien des Néo-Brunswickois. Difficile de respecter les résolutions prises en début d’année? Pour certains abonnés du gym, le temps maussade n’est pas une excuse pour manquer une séance. Ils n’ont même pas besoin de prendre de résolution. Quel est leur secret? Ces mordus nous livrent leurs trucs pour garder leur motivation à faire du sport.

La période des Fêtes étant terminée, plusieurs personnes veulent se remettre de leurs excès. Le retour au train-train quotidien de janvier rime pour beaucoup avec les résolutions du Nouvel An.

Les salles de sports, les «gyms», se remplissent de nouveaux membres qui veulent retrouver la forme physique perdue. Il y a aussi ceux qui n’ont pas besoin de signer un pacte avec eux-mêmes, ils font du sport plusieurs fois par semaine, point barre.

C’est le cas de Ray Lirette, qui s’entraîne au gym de deux à trois fois par semaine depuis 10 ans.

Assis sur un banc à l’intérieur de la succursale GoodLife Fitness à Dieppe,

M. Lirette répond humblement: «Je demeure pas loin», lorsqu’on lui demande d’où vient sa motivation.

Il explique qu’il aime varier les exercices. Il alterne entre les machines et les classes offertes par le gym. Cela lui permet de ne jamais s’ennuyer. En été, il ralentit sa fréquentation et opte plutôt pour les sports de plein air tel le vélo.

Au deuxième étage de la salle de sport, Diane Bélanger et Phyllis Goguen, en pleine séance de vélo stationnaire, discutent entre amies.

Phyllis Goguen se déplace de deux à trois fois par semaine dans une salle de sport depuis sept ans. Diane Bélanger s’entraîne pas moins de cinq à sept fois par semaine depuis 25 ans.

«Tu te sens bien à la fin de la journée si tu as fait de l’exercice. Tu fais ton plein d’énergie en réalité», lance-t-elle.

«Tu feel bien quand t’as fini», ajoute Mme Goguen.

Inscriptions à la hausse

Scot Boss, gérant de la succursale GoodLife Fitness à Dieppe, affirme que les inscriptions grimpent de 30% en janvier comparativement au reste de l’année.

M. Boss explique que dans le cas du gym à Dieppe, beaucoup d’anciens membres profitent de cette période pour recommencer l’entraînement.

«Ça n’a pas arrêté. Il y a beaucoup de nouveaux visages, tout comme des visages familiers», lance-t-il.

Ceux-ci commencent à s’inscrire de la dernière semaine de décembre jusqu’au début janvier.

Les deux principales raisons des gens pour fréquenter les gyms, outre la santé, demeurent la perte de poids et la prise de masse musculaire.

«Bien des gens sont motivés parce qu’ils vont dans le sud à un moment durant l’hiver et ils veulent être dans leur meilleur état physique.»

Cinq à huit fois par mois

D’après M. Boss, la diminution de la fréquentation des gyms au cours de l’hiver n’est pas si marquée contrairement à ce que l’on pourrait penser. Tout au long de l’année, les chiffres sont similaires.

«En moyenne, on voit les gens venir au gym de cinq à huit fois par mois», dit-il.

Il mentionne néanmoins que les abonnés s’entraînent plus régulièrement au début de leur plan de remise en forme. Ils ont des buts à atteindre.

«Tranquillement, ils viennent moins souvent parce qu’ils ont déjà atteint leurs buts. Mais la majorité de nos membres viennent assez souvent.»

Il faut se fixer des objectifs précis pour atteindre ses buts. Le recours à des entraîneurs peut aussi aider à maintenir le cap, poursuit-il.

Le gérant du gym précise que les plus assidus dans l’entraînement sont ceux qui respectent le plan de match établi.

«Les gens qui viennent au moins trois fois par semaine, c’est eux qui auront du succès. La motivation est le gros facteur.»

Mais la recette gagnante, selon M. Lirette, n’est nulle autre que la discipline.

«Tu peux avoir des goals pis toute ça, mais si t’atteins pas tes goals, tu es découragé. C’est vraiment de la discipline qu’il faut avoir», assure-t-il.

La motivation n’est pas toujours au rendez-vous même pour des personnes comme Diane Bélanger.

«Oui, des fois on aimerait rester à la maison en pyjama, mais à la fin de la journée, c’est beaucoup plus facile.»

«C’est investir dans son futur: faire de l’exercice, avoir une bonne alimentation, prendre soin de sa santé mentale et physique. À long terme, tu vas vieillir en santé.»