Des hôteliers s’opposent à une taxe sur l’hébergement à Caraquet

Des hôteliers et aubergistes du Grand Caraquet s’opposent avec véhémence à l’adoption d’une taxe sur l’hébergement dans la Péninsule acadienne.

Plusieurs étaient présents à la réunion municipale de la Ville de Caraquet lundi soir pour faire connaître leurs arguments, dont Guy Bocage, propriétaire de la Maison touristique Dugas, à Caraquet.

Une taxe sur l’hébergement touristique de 3,5% pourrait être instaurée dans la Péninsule acadienne à compter du 1er avril afin de compenser le retrait graduel du financement des stratégies de promotion et de marketing offert par le gouvernement provincial.

Cette source de revenus existe déjà dans plusieurs régions de la province et le gouvernement Higgs a modifié en 2019 la Loi sur la gouvernance locale afin de permettre aux municipalités d’établir et de percevoir cette nouvelle taxe.

Dans la région, l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne (OTPA) demande aux municipalités d’adopter une résolution pour créer une nouvelle taxe. Les fonds seraient utilisés par l’OTPA pour le marketing. Les revenus potentiels sont évalués à environ 200 000$ par année.

Selon Guy Bocage, cette nouvelle taxe va grandement nuire aux hôteliers de la Péninsule acadienne, qui font déjà face à de la concurrence des plateformes de location de logements entre particuliers sur internet, comme Airbnb.

«Nous vivons dans un nouveau marché. Sur Airbnb, il y a 54 entités à louer dans le Grand Caraquet, un autre 28 à Lamèque. Ils ne paient pas de taxe ni d’assurance commerciale. Ils peuvent se lancer sur le marché en offrant des prix intéressants. De notre côté, si nous sommes obligés de demander 18% (15% + 3%) sur la facture en partant, nous allons devenir désuets dans les petites régions», craint-il.

L’essor de ces plateformes a déjà eu des conséquences dans la région.

«Il faut baisser ses prix à outrance pour faire concurrence. Il y a des gîtes du coin qui ont fermé leurs portes.»

Plusieurs hôteliers entendent faire entendre leurs arguments lors d’une rencontre avec l’OTPA.

Caraquet reporte sa décision

La Ville de Caraquet devait adopter une résolution lundi soir pour approuver la mise en place d’une nouvelle taxe. Le conseil a décidé de reporter le vote à la prochaine réunion publique, après la rencontre avec l’OTPA.

«L’OTPA veut utiliser les revenus pour faire la promotion. Cette taxe se fait partout ailleurs. Ça fait 10 ans qu’on en parle dans le coin et maintenant, on en est rendu là», dit Kevin Haché, maire de Caraquet.

De façon générale, le maire Haché est en faveur de ce projet régional. Il aurait tout de même aimé voir le gouvernement provincial miser sur une autre approche.

«Par exemple, à Moncton et à Dieppe, il y a beaucoup d’hôtels. Ils vont avoir plus d’argent à jouer avec pour faire de la promotion dans le sud de la province. Ici, nous en aurions moins. On va être une petite publicité dans une grande marée. J’aurais aimé que le gouvernement prenne l’argent pour la diviser également entre les régions.»