Huit candidats au remplacement de Cannabis NB

Le gouvernement provincial a reçu pas moins huit propositions à l’appel d’offres qui pourrait conduire à confier à une entreprise privée le droit exclusif de distribuer et de vendre du cannabis à des fins récréatives au Nouveau-Brunswick.

Fredericton avait annoncé son intention de mettre fin aux activités de Cannabis NB d’ici un an pour remplacer la société de la Couronne par un monopole privé. Lancé en octobre dernier, le processus de mise en candidature s’est terminé vendredi.

Le géant canadien de la grande distribution, Loblaw Companies, est du nombre, tout comme le producteur de cannabis ontarien Canopy Growth.

Deux acteurs néo-brunswickois, Regional Storage and Logistics New Brunswick et la New Brunswick Association of Cannabis Distributors ainsi qu’une entreprise néo-écossaise, Green Stop Cannabis, ont également exprimé leur intérêt.

Deux distributeurs albertains Fire & Flower et YSS Corp, ainsi qu’un distributeur basé en Colombie-Britannique, Kiaro Brands, sont aussi en lice.

Les propositions seront évaluées au cours des prochaines semaines selon un processus ouvert, supervisé par un tiers surveillant de l’équité, précise la province.

L’exercice pourrait mener à l’annonce de l’exploitant privé unique retenu au printemps 2020. La transition vers le nouveau modèle de prestation aurait possiblement lieu au mois de juillet.

Interrogé par les journalistes lundi après-midi, le premier ministre Blaine Higgs a indiqué qu’il ne s’impliquerait pas.

«J’ai seulement appris les noms des entreprises intéressées en lisant le communiqué de presse. C’est vraiment un processus complètement indépendant. Je ne vais pas m’en mêler et mes collègues non plus, assure-t-il. C’est un solide processus d’analyse (des propositions).»

Parmi les critères retenus figurent l’expérience de la vente de cannabis à des fins récréatives, la capacité financière, un plan viable pour lutter contre le marché illégal, l’offre d’un service de haute qualité aux consommateurs au moyen de prix concurrentiels et d’une diversité des produits ainsi qu’une approche pour former de solides partenariats directs et indirects avec les entrepreneurs locaux et les Premières Nations.

Le soumissionnaire retenu sera invité à prendre part à des négociations ayant pour objectif la conclusion d’une entente avec le gouvernement. Si les parties ne parviennent pas à un accord au cours des négociations, le gouvernement peut mettre fin au processus et choisir d’explorer d’autres options.

Fredericton veut signer un contrat de dix ans avec deux possibilités de renouvellement aux cinq ans, et s’attend à recevoir un paiement annuel fixe ou un pourcentage des ventes.

La société retenue pourrait conclure des partenariats avec des entrepreneurs locaux à l’image des franchises des grandes chaînes de restauration rapide.

À noter que la demande de proposition du gouvernement ne prévoit pas de nombre minimal de magasins dans la province. Le monopole privé pourrait décider de reprendre certaines des 20 succursales de Cannabis NB, mais ne sera pas forcé à le faire.

En revanche, les magasins devront respecter la Loi sur les langues officielles en offrant des services en français et en anglais.