Affaire Michel Vienneau: les deux policiers reprendront le travail lundi

Patrick Bulger et Mathieu Boudreau, les deux agents impliqués dans la mort de Michel Vienneau, pourront reprendre le travail lundi matin.

La Ville de Bathurst a annoncé dans un communiqué de presse qu’elle ne demandera pas de révision judiciaire à la suite de la décision de l’arbitre Joël Michaud.

Ce dernier avait déterminé, un peu avant Noël, après environ deux mois d’audience d’arbitrage, que les constables Bulger et Boudreau n’avaient pas contrevenu au code de déontologie de la Loi sur la police.

«En marge de cette décision du 24 décembre 2019, il nous était important de prendre le temps nécessaire afin de bien analyser la décision avant de se prononcer», a mentionné le maire de Bathurst, Paolo Fongemie, dans le même communiqué.

«Nous reconnaissons le travail ardu effectué lors de cette démarche ainsi que la décision rendue par l’arbitre Joël Michaud de par un processus public et transparent et nous acceptons cette décision.»

Les agents faisaient face à cinq chefs d’accusation, dont abus d’armes à feu, abus d’autorité et conduite répréhensible.

Le chef de la police, Ernie Boudreau, aurait voulu renvoyer les deux policiers en lien avec l’opération policière qui a mené à la mort de M. Vienneau, il y a maintenant cinq ans.

En 2015, M. Boudreau et M. Bulger ont abattu Michel Vienneau, un homme d’affaires de 51 ans, à la gare de Bathurst.

La victime arrivait d’un week-end à Montréal avec sa conjointe, Annick Basque, lorsque les policiers en civil les ont interpellés.

La Force policière de Bathurst soupçonnait, à tort, le couple d’être en possession de drogues après avoir reçu un tuyau anonyme d’Échec au crime.