Logo syndical du poing jaune: symbole d’unité ou d’intimidation dans les écoles?

Le personnel de soutien en éducation dans les sept districts scolaires de la province a été récemment avisé de ne plus afficher le logo montrant un poing jaune avec la paume vers l’avant, symbole d’unité du Syndicat canadien de la fonction publique au Nouveau-Brunswick, sur leurs lieux de travail, sous peine de mesures disciplinaires.

Dans une note de service distribuée par courriel le 10 janvier dans le milieu de l’éducation, il est demandé aux personnes membres de la fonction publique touchées par les négociations avec le gouvernement Higgs de ne plus porter le chandail noir montrant le poing jaune et sur lequel il y est inscrit «Mettons fin au mandat, négocions vers l’avant».

La mesure touche également une affiche à l’effigie du poing.

Sous le prétexte que les employés sont en position de confiance et d’autorité à l’égard des enfants, l’employeur croit que le logo va à l’encontre de ses valeurs. Il fait un lien entre ce symbole d’unité syndical et «un acte de harcèlement et d’intimidation» que les écoles essaient de combattre.

Selon ce message, les districts scolaires «déploient des efforts pour fournir un environnement d’apprentissage et de travail positif afin de prévenir et de combattre les actes de harcèlement et d’intimidation».

Porte-parole aux communications du DSF-Nord-Est, Yan Guillaume Desroches a confirmé l’envoi de cette note qui reflète une position unanime des sept districts scolaires et du ministère.

«Nous reconnaissons le droit de manifester dans des endroits identifiés. Nous jugeons cependant que le logo du poing fermé peut être perçu différemment et que ça peut inciter la violence chez les jeunes ou signifier autre chose dans des actions de mouvement populaire. C’est pourquoi nous voulons le retirer en présence d’élèves qui ne sont généralement pas au courant de ce qui se passe», a-t-il expliqué.

Les sections locales du SCFP ont vivement réagi et se sont dites «profondément déçues» de ce courriel. On estime que ça va à l’encontre de l’article 2 de la Charte canadienne des droits et des libertés, puisque cette position des districts scolaires brimerait la liberté d’expression.

Mercredi, le SCFP cependant a laissé savoir que le Conseil du trésor du Nouveau-Brunswick et le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance maintenaient leur position dans le mémo original.

Les sections ont donc avisé leurs membres «que si on vous demande de retirer votre t-shirt ou de couvrir le poing, veuillez-vous conformer à la demande pour éviter toute mesure disciplinaire. Si cela se produit, contactez votre vice-présidente régionale ou votre déléguée syndicale de zone dès que possible avec tous les détails. Des griefs seront déposés et une plainte sera déposée à la Commission du travail. Si vous n’êtes pas à l’aise de porter le t-shirt «Mettons fin au mandat», vous pouvez porter un t-shirt noir pour montrer votre soutien».

Solidarité

Pour le SCFP, le poing levé dans la campagne «Mettons fin au mandat» est un symbole d’unité et de solidarité.

«Il ne fait pas partie d’une grande campagne du SCFP, il a été conçu au Nouveau-Brunswick par des membres du SCFP Nouveau-Brunswick qui sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique, sections locales 2745 et 1253. Ces membres se battent à la table de négociation pour des salaires équitables, plus de respect et de meilleures conditions de travail, et le poing représente leur effort de travailler à l’unisson pour atteindre ces objectifs», indique-t-on dans une réponse du syndicat.

«Nous écrivons cette lettre pour clarifier à l’employeur que le poing ne représente pas le harcèlement ou l’intimidation et qu’il représente en fait un mouvement pacifique et légitime contre tout ça», précise-t-on.

Selon le SCFP, le poing de la solidarité a d’abord été popularisé pendant la Guerre civile d’Espagne comme une formule de politesse et un salut entre eux alors qu’ils luttaient contre le dictateur fasciste, le général Francisco Franco.

En Amérique du Nord, le poing aurait énormément été utilisé dans le mouvement pour la défense des droits civils. Il a d’abord été utilisé par le Comité de coordination étudiant de non-violence qui s’est pour mettre fin à la ségrégation civile et l’exclusion politique des communautés noires par le biais de manifestations pacifiques.

Plus tard, le poing levé ou le poing de la solidarité est devenu un symbole populaire dans les mouvements féministes et des droits des femmes ainsi que dans le mouvement Black Power. En fait, le poing levé a été utilisé par Nelson Mandela (récipiendaire du prix Nobel de la paix) quand il a été libéré de prison en 1990.

Aujourd’hui, les syndicats du monde entier utilisent le poing levé comme un signe de solidarité et de protestation pacifique contre les employeurs et les gouvernements qui cherchent à faire taire leurs voix, allègue le syndicat.