Les Québécois apprécient les Acadiens, mais les connaissent peu

Un sondage mené conjointement par l’Acadie Nouvelle, la maison de sondage Léger et Le Journal de Montréal, s’est penché sur la perception qu’ont les Québécois de l’Acadie. Il en résulte que malgré une certaine méconnaissance, le Québec éprouve de la sympathie pour ses voisins francophones.

Quelque 63% des sondés ont répondu avoir une bonne opinion des Acadiens, tandis que seulement 1% d’entre eux a affirmé en avoir une image négative. Les autres répondants ont préféré botter en touche, estimant ne pas suffisamment connaître la population acadienne pour voter.

«Qu’une très large majorité de Québécois nous apprécie, c’est la chose que j’ai envie de retenir, se réjouit Louise Imbeault, présidente de la Société Nationale de l’Acadie (SNA). Même s’il reste beaucoup de travail à faire pour rapprocher nos deux communautés, il faut vraiment se féliciter de la bonne réputation dont nous jouissons chez nos voisins.»

Outre la cote de popularité, les Québécois ont également été soumis à un test de connaissance de 10 questions sur l’Acadie. Ici, les choses se corsent un peu, et 78% d’entre eux n’obtiennent pas la note de passage après avoir répondu aux questions. Les répondants ont en moyenne quatre bonnes réponses sur dix. Ce taux grimpe à 5 sur 10 pour les personnes ayant déjà visité l’Acadie.

– Sondager Léger-Acadie Nouvelle-Le Journal de Montréal

«Bien qu’étant né à Montréal, j’ai des origines acadiennes, souligne Jean-Marc Léger, PDG de la maison de sondage Léger qui a mené l’étude. Cela m’a toujours surpris de constater la méconnaissance des Québécois à l’égard des Acadiens. Certes, il y a une belle cote d’amour, mais il y a encore trop d’indifférence.»

Pourtant, sur les questions plus larges entourant l’Acadie et son histoire, les Québécois ont obtenu les bonnes réponses.

Ainsi, 74% d’entre eux ont répondu correctement sur le statut linguistique du Nouveau-Brunswick (francophone et anglophone), 61% savent quelle est la capitale culturelle de l’Acadie (Caraquet et Moncton étaient toutes deux acceptées comme réponse), 54% ont été capables d’apporter le nom de la pièce de théâtre écrite par Antonine Maillet en 1971 (La Sagouine), et un peu plus de la moitié des répondants ont réussi identifier le drapeau acadien.

Ils ont en revanche buté sur l’année de déportation des Acadiens (1755), le nom du principal journal acadien, ou encore sur la valeur des échanges commerciaux entre le Québec et le Nouveau-Brunswick en 2017.

«Mais est-ce que le commun des mortels connaît cette date?, s’interroge Louise Imbeault. J’ai trouvé les questions très pointues, et pas toujours pertinentes. À l’inverse, est-ce que les Acadiens auraient réussi à répondre sur une date précise de l’histoire québécoise? Je n’en suis pas certaine.»

Jean-Marc Léger explique que ce test a été mené sous forme d’entonnoir, avec un niveau de difficulté croissant.

«Nous souhaitions évaluer les connaissances des Québécois dans une perspective très large, se justifie-t-il. La déportation, c’est quand même l’une des dates-clés de l’histoire acadienne. De plus, pour chaque question, je leur laissais quatre choix de réponse. Ce n’était pas impossible d’obtenir la bonne.»

– Sondage Léger-Acadie Nouvelle-Le Journal de Montréal

Aux vues des réponses, Jean-Marie Nadeau, militant acadien, estime de son côté qu’il y a du progrès.

«Vous auriez fait ce sondage 20 ans plus tôt, je peux vous assurer qu’il n’y aurait eu aucune bonne réponse, avance-t-il. À titre personnel, je trouve ces résultats très encourageants. Cela démontre que les efforts fournis en matière de rapprochement de nos deux cultures sont en train de payer, même s’il reste encore beaucoup d’espace pour mieux faire connaître l’Acadie au Québec.»

L’Acadie, absente des médias québécois

De l’avis de tous, le manque de connaissance des Québécois à l’égard de leurs voisins pourrait venir de la représentation quasi absente de l’Acadie dans l’espace médiatique de la Belle province.

«L’actualité québécoise est très présente en Acadie, l’inverse est beaucoup moins vrai, assure Jean-Marc Léger. Si on leur posait la question, je suis persuadé que beaucoup d’Acadiens seraient en mesure de dire quel est le journal le plus lu au Québec. Notre sondage d’aujourd’hui révèle qu’une petite minorité de Québécois a eu la bonne réponse dans l’autre sens.»

En effet, seuls 19% des sondés ont réussi à nommer le principal journal acadien (L’Acadie Nouvelle).

«C’est sûr que lorsque l’on parle de l’Acadie au Québec, c’est souvent de manière ponctuelle, lorsqu’il y a un drame ou un événement important, souligne Jean-Marie Nadeau. Il faut trouver le moyen d’établir des liens de communication plus continus et pérennes entre nos deux cultures.»

Un constat que ne contredit pas Sonia Lebel, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne au sein du gouvernement du Québec.

«Il est vrai que le Québec peut donner l’impression de vivre dans une bulle culturelle et médiatique, reconnaît la ministre québécoise. Il ne faut pas nécessairement blâmer le Québécois, car il n’a pas forcément l’accès facile aux nouvelles provenant des autres communautés francophones. Si je me trouve en Saskatchewan, et que j’allume la télévision, je suis capable de savoir où en est la construction du pont Champlain à Montréal, alors qu’à Montréal, nous n’entendrons quasiment jamais parler de la Saskatchewan. Nous avons des efforts à faire en ce sens.»

La culture acadienne comme ambassadrice

«Lorsque l’on voit dans ce sondage qu’une majorité de Québécois connaît l’oeuvre d’Antonine Maillet, c’est très bon signe, estime Jean-Marie Nadeau. Cela prouve que la culture acadienne a réussi à s’exporter et à se tailler une belle place dans la Belle Province».

Un constat que partage Fernand Harvey, sociologue québécois, auteur du livre Les relations entre le Québec et l’Acadie, 1880-2000 en 1999. L’historien estime que la culture acadienne a un rôle primordial à jouer dans le rapprochement des deux communautés.

«L’Acadie rayonne davantage via la culture que grâce à la politique, estime l’auteur. Il existe encore des désaccords entre les Québécois et les Acadiens sur les questions d’ordre politique, tandis que beaucoup de chansonniers, écrivains et artistes acadiens ont réussi à briller au Québec, et demeurent très appréciés des Québécois. Depuis plusieurs années, c’est principalement la culture acadienne qui fait la jonction entre les deux communautés.»

Vers une solidarité retrouvée ?

Ces dernières années, les initiatives se multiplient pour tenter de rapprocher les communautés francophones de tout le pays, parmi lesquelles les Acadiens et les Québécois. Signée en février 2018, la nouvelle entente de coopération entre le gouvernement du Québec et la SNA a pour but de consolider les relations entre les deux cultures.

«Est-ce que les Québécois sont autosuffisants? Je n’ai pas la réponse à cette question, assure Sonia Lebel. Tout ce que je peux affirmer, c’est que nous travaillons fort pour approfondir les liens qui existent déjà entre nos communautés. La prochaine grosse étape ce sera le Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes.»

L’événement aura lieu les 16 et 17 juin. 300 représentants issus de toutes les communautés francophones du Canada se réuniront dans la ville de Québec, pour essayer de faire avancer la coopération entre les cultures.

«J’ai l’impression que ces dernières années, on assiste à une forme de solidarité retrouvée entre les francophones du Canada, analyse Fernand Harvey. Lorsque l’on voit des levées de boucliers des Québécois, en soutien aux Franco-ontariens après les coupures du gouvernement Ford, c’est surprenant. Ce sont des choses que nous n’avions plus constatées depuis très longtemps au Québec.»

Le sondage a été réalisé en ligne du 23 au 30 décembre 2019 auprès de 1010 Québécois. Les données ont été pondérées afin de rendre l’échantillon représentatif de l’ensemble de la population à l’étude.

La marge d’erreur maximale est de plus ou moins 3,1%, et ce, 19 fois sur 20.