Les Forces armées canadiennes se déploient au Madawaska

Une centaine de membres de la base de Gagetown des Forces armées canadiennes (FAC) sont déployés dans la région du Madawaska dans le cadre d’un important exercice baptisé Technical Storm.

Les militaires, qui sont membres des Services techniques du Groupe de soutien de la 5e Division du Canada, ont établi leurs campements dans la Forêt expérimentale, à quelques kilomètres de Sainte-Anne-de-Madawaska.

Les militaires participent depuis lundi à des activités quotidiennes comprenant la construction d’abris improvisés, la raquette, le ski de fond, la chasse au collet et la pêche sur glace.

Les troupes sont également déployées à Grand-Sault pour des exercices sur la Tyrolienne et au mont Farlagne, à Edmundston.

«Il est question pour les participants d’être mesure d’opérer sur le terrain en pleines conditions hivernales et par temps froids», a expliqué le sergent Phillipe Bérubé.

Dame nature a justement permis aux militaires d’évoluer dans des conditions d’entraînement optimales, après avoir laissé plus de 25 cm de neige sur la région il y a quelques jours et fait chuter le mercure durant la nuit à -35°C en début de semaine.

«Le corps s’adapte à ces conditions, il n’y avait aucune raison de ne pas tenir ces exercices», a affirmé le militaire qui a bien voulu faire visiter les installations des FAC au représentant de l’Acadie Nouvelle en compagnie de son collègue, le sergent Billy Montreuil.

Ces derniers ont expliqué que ce déploiement des membres de la base de Gagetown n’avait rien de semblable à un séjour dans un Club Med.

«Des randonnées à pied de 25 km, des randonnées dans les sentiers couverts avec 100 lb d’équipement sur le dos… rien n’est facile», a raconté Phillipe Bérubé.

Le caporal-chef Simon Banville a quant à lui donné accès au journal à un campement que les militaires étaient en train d’ériger depuis plusieurs heures en plein boisé.

Malgré les températures froides de la nuit de mardi à mercredi, une quinzaine de membres des FAC ont passé la nuit à cet endroit aménagé à partir de bois, de feuillages et de neige.

Le soldat Fleurant est l’un de ceux qui ont participé à l’aménagement des lieux, en plus de vivre un premier entraînement militaire en conditions hivernales.

«Ça donne l’occasion de vivre une expérience en plein air, qui diffère beaucoup de son chez soi», a-t-il raconté.

Les FAC avaient promis lors de l’annonce du déploiement que les déplacements et les activités du personnel ne perturberaient pas la communauté de Saint-Anne-de-Madawaska.

De fait, il est virtuellement impossible de remarquer que des activités militaires sont en cours, tellement la Forêt expérimentale se trouve dans un endroit isolée et que la troupe venue de Gagetown se fait discrète.

Il faut préciser que les opérations n’impliquent pas de situations de combat, donc aucune arme ou explosif n’est utilisé par les militaires.

De plus, très peu de véhicules lourds ou légers sont utilisés.

«C’est important pour nous de laisser sur place la plus petite empreinte possible. Nous allons quitter en laissant pratiquement la forêt dans un meilleur état que lors de notre arrivée», a affirmé le sergent Billy Montreuil.

Les militaires ont assuré qu’aucun appareil mécanique pouvant endommager la forêt n’est utilisé durant le séjour et qu’aucun arbre vivant ne serait abattu par les membres des Forces malgré certains besoins.

Les FAC seront sur place dans le cadre de leur programme d’entraînement jusqu’à dimanche.

Vendredi, de 13h à 16h, l’aire commune de la Forêt expérimentale sera ouverte aux visiteurs qui souhaitent observer certaines des activités d’entraînement et parler aux membres des Forces canadiennes.