Des robots s’invitent au salon de la pêche

L’automatisation prend de plus en plus de place dans le monde de la pêche et de la transformation des fruits de mer.

Parmi les centaines d’exposants au salon commercial de Fish Canada – Workboat Canada, à Moncton, Roch Chiasson tente d’attirer l’oeil sur l’une des créations de son entreprise Cube Automation: une calibreuse qui utilise une caméra pour classer des huîtres par grosseur.

Selon lui, sa machine peut faire le travail de six employés et classer des milliers d’huîtres par heure.

L’automatisation est pourtant plus timide dans le secteur de la pêche que dans d’autres domaines de l’alimentation, selon lui.

«L’automation est déjà présente dans d’autres secteurs, mais dans la transformation, ç’a pris vraiment de l’ampleur dans la dernière décennie. On est pas mal à moitié chemin.»

Roch Chiasson estime que la lenteur de l’automatisation dans ce secteur peut être attribuée au fait que beaucoup d’usines de transformation sont dans des régions éloignées des grands centres.

Une autre entreprise d’automation, Yaskawa, propose une variété de robots qui servent à transformer et à empaqueter différents fruits de mer.

L’ingénieur Graeme Paul croit que les robots ont leur place dans les usines de transformation.

«Si c’est un travail qu’un humain peut bien faire, je pense qu’il devrait pouvoir continuer de le faire, mais s’il s’agit d’un travail risqué – comme de transporter des boîtes de 50 livres et les empiler – éventuellement, la personne peut se blesser, et je crois qu’un robot serait une bonne solution.»