Le District scolaire francophone du Nord-Ouest en pleine réflexion

Le District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO) a entamé ses travaux visant à doter l’organisme de services éducatifs aux élèves d’un plan stratégique triennal.

L’exercice vise à orienter les efforts du DSFNO et à servir en quelque sorte de guide de référence pour une période comprise entre 2020 et 2023.

Parallèlement à des consultations menées actuellement à l’interne auprès des élèves et des enseignants, le district scolaire a ouvert ses portes au grand public afin de pouvoir élargir la portée des discussions.

Une première séance de consultation publique s’est ainsi déroulée mercredi soir du côté de l’école Grande-Rivière, à Saint-Léonard.

Une quarantaine de personnes ont pris part à la rencontre, dont plusieurs dirigeants du DSFNO et membres de son Conseil d’éducation de district.

Luc Caron, le directeur général du DSFNO, convient que l’actuel exercice de réflexion ne mènera pas à une refonte de son modèle de services en éducation.

«On ne veut pas créer de déséquilibre majeur dans le système, l’histoire démontre que des changements pas trop réfléchis apportent des situations perdantes pour tout le monde. Ce que l’on veut c’est s’améliorer en prenant une bouchée à la fois», a expliqué le dirigeant du district scolaire à l’issue de la rencontre publique.

«Notre but est d’écouter les parents et la communauté et de regarder les enjeux qui les préoccupent davantage», a ajouté Luc Caron.

Des sujets comme les services aux élèves, le transport et l’inclusion scolaire ont animé les discussions de la soirée.

«C’est maintenant à nous de faire nos devoirs et d’avoir une orientation qui répond bien aux besoins de notre communauté. Le prochain plan devrait contenir des éléments discutés au cours de la soirée», a indiqué le directeur général du DSFNO.

Vision 2020, l’actuel plan stratégique du district scolaire qui viendra bientôt à échéance, était orienté autour de quatre principaux axes que sont la réussite éducative, la construction identitaire, le mieux-être et la petite enfance.

Luc Caron convient que ces thèmes ne seront pas pour autant ignorés avec l’arrivée à l’automne 2020 d’un nouveau plan stratégique.

«Il y a des éléments de l’actuel plan et des enjeux qu’on ne peut pas ignorer pour notre prochaine planification, même si un système qui veut s’améliorer doit repousser et affronter le statu quo.»

La direction du DSFNO admet qu’il y a beaucoup de travail à faire à l’heure où des données démontrent qu’un nombre important d’élèves témoigne de peu d’appréciation de la culture francophone, n’aime tout simplement pas aller à l’école ou affiche un surpoids.

«Tout n’est pas rose dans le District, nous avons des défis…», estime Luc Caron.

Le DSFNO tiendra une seconde ronde de consultation publique mercredi soir prochain à l’intérieur des murs de la Cité des Jeunes A.-M.-Sormany, à Edmundston.

Dominic Cardy, le ministre de l’Éducation et Développement de la petite enfance, devrait prendre part à la rencontre.