Un chalet ravagé par les flammes à Beaubassin-est

Les flammes ont emporté une résidence d’été sur la rue Connie jeudi matin, à Trois-Ruisseaux, dans la communauté rurale de Beaubassin-est . Il n’y a aucun blessé, mais il s’agit d’une perte totale, affirme Ronald Cormier, chef pompier du Service d’incendie de Cap-Pelé.

La demeure qui a pris feu était une résidence secondaire, bien campée sur le bord de la mer. Ses propriétaires habitent à Grand-Sault, selon M. Cormier. Il n’y avait donc personne à l’intérieur de l’habitation saisonnière.

«Il n’y a personne de blessé. Personne ne s’est fait mal», indique M. Cormier.

Les grands vents résultants de la proximité de la mer auraient cependant encouragé la combustion.

«C’est une perte totale. Il ventait fort ce matin et ça n’a pas aidé.»

Le Service d’incendie de Cap-Pelé et de Haute-Aboujagane se sont présentés sur les lieux à 6 h jeudi. L’équipe de 20 pompiers a combattu les flammes jusqu’à 10 h 30.

La cause de l’incendie demeure inconnue, mais M. Cormier déclare que le prévôt des incendies était présent.

«Il a prévu faire une investigation vendredi pour savoir quelle est la cause du feu.»

Plusieurs incendies ont marqué l’année 2019 dans la municipalité voisine, Cap-Pelé.

Un incendie avait détruit le restaurant Bel-Air le 27 novembre dernier. C’était la troisième fois que le petit restaurant avait été attaqué par le feu au cours de la dernière année. Cet incendie est d’origine criminelle, avait confirmé la GRC.

De plus, un ancien foyer de soin avait été la proie des flammes le 6 novembre 2019.

En février 2019, l’usine de transformation de fruits de mer de Cape Bald Packers a été incendiée.

Selon le chef pompier, il n’y a pas de lien à faire entre les feux survenus à Cap-Pelé et le chalet qui a brûlé jeudi matin, à Trois-Ruisseaux.

Une résidence vide de tout occupant peut tout aussi bien s’enflammer.

«Des fois, ça peut être la fournaise, l’électricité. Quand c’est brûlé à ce point-là, on ne peut pas toujours dire qu’elle est la cause.»

Les barres multiprises sont à surveiller, affirme M. Cormier. Lorsqu’elles sont surchargées, un court-circuit peut en résulter et les flammes ne tarderont pas à se manifester.

Joint par téléphone, le maire de Beaubassin-est, Ronnie Duguay, dit ne pas pouvoir commenter l’incident, car il est aussi pompier volontaire au Service d’incendie de Cap-Pelé.