Le CÉNB propose des recommandations pour favoriser les micro-brasseries

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) est inquiet de la récente annonce d’Alcool Nouveau-Brunswick. Les produits devront atteindre des seuils de vente pour demeurer sur les étalages. Le CÉNB a présenté plusieurs recommandations à Alcool NB, jeudi, à Fredericton, avec le président de l’agence gouvernementale, Patrick Parent.

Le CÉNB avait consulté ses membres au sein du réseau des gens d’affaires francophones. L’organisation a voulu savoir les répercussions de cette nouvelle mesure sur l’économie de la province.

Les entreprises locales font face à des défis de tailles, telles la démographie et la main d’œuvre, souligne Marie Chamberland, présidente du CÉNB.

«Toutes les décisions prises par l’appareil gouvernemental et les agences comme Alcool Nouveau-Brunswick peuvent exacerber la pression sur leurs épaules.»

L’industrie de production d’alcool artisanal en est à ses balbutiements, mais présente un potentiel de développement économique notable pour les gens d’ici et l’industrie touristique.

Les producteurs locaux construisent leur clientèle et leurs nouveaux produits. Ils font face à la concurrence de multinationales bien établies.

«Nous nous devons donc de créer un environnement et des conditions favorables à leur essor », indique Mme Chamberland.

Des objectifs concrets de développement économique devraient être fixés et présentés dans les rapports annuels afin de démontrer l’impact d’Alcool Nouveau-Brunswick sur l’économie de notre province, ajoute-t-elle.

Le CÉNB recommande entre autres d’améliorer l’accès aux marchés primaires pour faciliter le processus d’achat, en ajoutant des points de vente tels les dépanneurs.

L’organisme suggère aussi une exemption au seuil de rentabilité. Les micro-brasseries pourraient éprouver une difficulté à atteindre les seuils de rentabilité proposés si elles sont sur le même pied d’égalité que des grands producteurs. Une exemption au seuil de rentabilité leur permettrait de développer un bassin de consommateurs.

Le CÉNB croit qu’il faudrait créer un bureau indépendant de médiation, une avenue neutre destinée à la résolution de conflits. Il s’agirait d’un mécanisme pour faire la médiation de conflits entre les producteurs et Alcool Nouveau-Brunswick.