Zenabis: la production de cannabis va bon train

Ça va bien pour le producteur de cannabis Zenabis, du moins à son usine néo-brunswickoise située à Atholville.

L’entreprise a dévoilé cette semaine ses chiffres de production pour le mois de décembre. Avec ceux-ci en poche, elle a pu brosser un portrait global de sa production de cannabis pour l’ensemble de la dernière année. Sans surprise, c’est à l’usine d’Atholville – la plus imposante du lot – où s’est cultivée la plus grande quantité de marijuana.

En tout, l’usine restigouchoise a récolté près de 20 000 kg de cannabis, dont 20% de ce total uniquement au mois de décembre, ce qui constitue la plus grande récolte de l’année.

Dans les faits, les chiffres de production n’ont cessé de croître tout au long de l’année, passant d’un maigre 474 kg en janvier à 3841 kg en décembre. Cet écart considérable s’explique notamment en raison du fait que l’usine n’a atteint son plein potentiel d’expansion (nombre de chambres de production) qu’en septembre dernier.

«L’année 2019 a été exceptionnelle à Atholville et l’équipe là-bas a abattu un travail monstre, notamment pour terminer l’expansion et atteindre la pleine production», exprime Jonathan Anthony, porte-parole de l’entreprise.

Puisque l’usine restigouchoise semble avoir atteint sa vitesse de croisière, la direction de celle-ci croit réaliste d’espérer une production de 40 000 kg à 45 000 kg en 2020. Selon M. Anthony, il s’agit de bonnes nouvelles puisqu’une plus grande production entraîne un plus grand pouvoir de vente.

À ce sujet, Zenabis vient d’expédier en Nouvelle-Écosse cette semaine le tout premier lot d’un nouveau produit, des cartouches à vapotage. Ces cartouches sont d’ailleurs produites à l’usine d’Atholville puisqu’on y retrouve un laboratoire d’extraction.

Celui-ci permet de prendre les fleurs séchées de cannabis et de les distiller afin de s’en servir pour des produits dérivés, tels que de l’huile, des gélules ou, comme dans ce cas-ci, des cartouches destinées au vapotage.

«Nous ne produisons pas les vapoteuses, mais bien les cartouches qui sont compatibles avec le type PAX Era. Pour le moment, ces cartouches ne sont disponibles qu’en Nouvelle-Écosse, mais elles le seront également au Nouveau-Brunswick d’ici quelques semaines sous l’étiquette Namaste. Nous sommes très excités de cet avancement puisqu’il n’existe pas encore énormément de producteurs de cartouches de cannabis au pays», souligne M. Anthony.

Ce dernier soutient que d’autres produits – notamment des consommables et breuvages – pourraient s’ajouter au portfolio de l’entreprise au cours des prochains mois.