Kevin Vickers se dit «prêt» en cas d’élections générales anticipées

Plusieurs membres et députés libéraux étaient réunis jeudi soir à Moncton pour discuter des lignes et orientations du parti. Le chef libéral Kevin Vickers a réitéré son intention de faire tomber le gouvernement.

Tout au long du mois de février, l’Association libérale du Nouveau-Brunswick organise une série de forums sur les politiques dans plusieurs endroits de la province. Après Miramichi, Saint-Jean, Edmundston et Belledune, c’est à Moncton qu’une cinquantaine de membres, accompagnés de quelques élus libéraux, se sont retrouvés jeudi soir pour discuter des grandes lignes à adopter au cours des prochaines semaines.

«Ces sessions donnent l’occasion à nos membres de participer, de discuter, et de présenter leurs idées de politiques, souligne le chef libéral Kevin Vickers, présent pour l’occasion. Toutes ces recommandations seront ensuite compilées et intégrées à notre plateforme électorale. Nous la présenterons lors de notre congrès bi-annuel en mai.»

Dans le contexte politique actuel, les libéraux devront pourtant avoir à présenter leur programme politique plus tôt que prévu, Kevin Vickers ayant promis il y a quelques jours de faire tomber le gouvernement Higgs et son projet de fermeture partielle des urgences de six hôpitaux ruraux. Des élections générales anticipées pourraient potentiellement être déclenchées au cours des prochaines semaines.

«Le vote du budget fin mars serait sans doute la première occasion pour nous de soumettre un vote de confiance, assure le chef du l’Association libérale du N.-B. Si il y a une élection avant que nous ayons dévoilé officiellement notre plateforme, nous serons prêts. J’ai confiance en mon équipe.»

Même son de cloche chez Monique Leblanc, députée libérale pour la circonscription de Moncton-Est.

«Le parti est prêt, soutient l’élue. Nous savions d’emblée que la durée de vie moyenne d’un gouvernement minoritaire est d’un an et demi à deux ans. Nous avons élaborés une stratégie depuis le premier jour. Nous allons lancer les procédures d’investitures dès la semaine prochaine avec la mienne.»

Promotion de la voiture électrique, maintien des services d’urgence de nuit en milieu rural, rétention des nouveaux arrivants, immigration francophone, plusieurs thèmes ont été abordés au cours de la soirée. En poste seulement depuis le 24 avril, et ayant longtemps travaillé en Irlande en tant qu’ambassadeur du Canada puis à Ottawa avant cela, ces forums politiques sont également l’occasion pour Kevin Vickers de se faire mieux connaître au sein de son parti.

«Je voyage partout dans la province, et il y a plein de personnes ce soir que j’avais déjà vu auparavant. Tout se passe bien pour le moment», assure-t-il.

Non élu, le chef des libéraux devra devenir député s’il souhaite briguer le poste de Premier ministre en cas de victoire des libéraux.

«Je viens de Miramichi, en cas d’élections anticipées, je me présenterai donc dans cette circonscription.»