Le N.-B. a accueilli un nombre record de nouveaux arrivants en 2019

Le Nouveau-Brunswick pourrait fort bien atteindre au cours des prochaines années ses ambitieux objectifs en matière d’immigration.

Des données récentes du ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de Citoyenneté Canada font état de la venue de 6000 nouveaux arrivants dans la province au cours de l’année 2019.

Il s’agit d’un nombre jamais vu dans l’histoire moderne du Nouveau-Brunswick.

En guise de comparaison, la province avait accueilli en 2018 un total de 4610 nouveaux arrivants sur son territoire.

Sans grande surprise, la majorité de ces derniers -soit 4520 personnes- ont élu domicile dans l’une des trois principales villes de la province, soit Moncton, Saint-Jean et Fredericton.

Par contre, c’est dans les régions de Miramichi et d’Edmundston où ce boom d’immigration s’est fait le plus sentir.

La région de Miramichi a accueilli 140 nouveaux arrivants l’an dernier, ce qui représente une hausse de 133% par rapport à l’année précédente.

Dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, principalement dans la région d’Edmundston, ce nombre a grimpé de 125%, passant de 60 à 135 nouveaux arrivants en une seule année.

«À part le fait de pouvoir occuper un nouvel emploi, je crois que ces gens apprécient la quiétude qu’il y a ici par rapport aux grandes villes», a souligné en guise d’explication Sébastien Morneault, du Centre de ressources pour nouveaux arrivants au Nord-Ouest.

«C’est certain qu’on sent cet effet-là, il y a un peu plus d’achalandage à notre bureau même si ce ne sont pas tous les nouveaux arrivants qui font appel à nos services.»

À Miramichi, on se réjoui et s’étonne guère de ces nouvelles données sur l’immigration.

«Ce sont des données intéressantes, on voit qu’il y a de plus de plus de gens à Miramichi où il se passe toujours plus de choses intéressantes et qui est une communauté qui continue à grandir et à se diversifier», a affirmé Marc Allain, le directeur du Carrefour Beausoleil.

La stratégie en immigration du gouvernement du Nouveau-Brunswick vise à attirer 7500 nouveaux arrivants par an d’ici 2024, question de freiner le déclin de la population qui se fait vieillissante et de faire face aux défis en matière de main-d’oeuvre.

La province vise également à faire grimper à 33% le pourcentage d’immigrant francophone.

«Les Néo-Brunswickois devraient être très encouragés par le fait que le travail acharné des divers paliers de gouvernement et des groupes multiculturels porte ses fruits», a récemment déclaré Alex LeBlanc, le directeur général du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick.

«Bien que cette augmentation de l’immigration soit un bon signe pour les employeurs et les communautés, le travail n’est pas terminé. Nous devons nous assurer que les services appropriés et la capacité communautaire sont là pour accueillir et intégrer pleinement ces nouveaux arrivants dans nos milieux de travail et nos communautés.»