Saint-Quentin retrouve sa succursale de Service NB

Après plusieurs années d’absences, et à la suite d’une lutte acharnée de la population, la succursale de Service NB de Saint-Quentin a rouvert ses portes cette semaine.

Depuis jeudi matin, la population de Saint-Quentin peut à nouveau compter sur une succursale de Service NB sur son territoire, un retour grandement attendu depuis sa fermeture à l’été 2015.

Installée à l’Ancienne gare, dans un local appartenant à la municipalité, la succursale fonctionne deux jours semaines, plus précisément les jeudi et vendredi. Le service est en effet partagé à parts égales avec la communauté voisine de Kedgwick, qui elle perd deux journées. Cette succursale fonctionnera dorénavant uniquement les mardi et mercredi.

On se souviendra qu’avant l’annonce de cette réorganisation gouvernementale de Service NB au Restigouche-Ouest, les deux succursales fonctionnaient à raison de quatre jours semaine.

Propriétaire de l’entreprise de camionnage El Rancho, Paul Aubut a milité contre la fermeture du bureau. Il avait fait de même quelques années plus tôt lorsque cette menace avait surgi une première fois sans toutefois se concrétiser par une fermeture.

«Aujourd’hui, tout le monde ici est bien content de voir que le bureau est ouvert. On attendait tous ce moment avec impatience», exprime-t-il.

«Ça va faciliter les choses pour beaucoup de monde, autant les entrepreneurs de la place qui perdaient beaucoup de temps à devoir voyager dans la communauté voisine, que le simple citoyen qui utilise ce service pour payer leurs taxes, renouveler leurs permis de conduire, etc. Je pense entre autres aux personnes qui n’ont pas de voiture, aux nouveaux arrivants (immigrants). C’était un inconvénient majeur pour eux», note l’homme d’affaires.

Selon lui, il reste par contre encore quelques petits irritants malgré la bonne nouvelle, notamment le fait que le service n’est en soi rétabli qu’à 50% de sa durée précédente, donc uniquement deux jours sur quatre.

«La logique l’a emporté, mais la victoire n’est pas complète. Disons que c’est mieux que rien, mais j’espère qu’on va pouvoir remédier à cela avec le temps, même peut-être améliorer le service en ajoutant un avant-midi la fin de semaine. Car ici, il y a beaucoup de gens qui travaillent en forêt et qui n’ont pas le temps de faire leurs paperasses la semaine», suggère-t-il.

La décision de fermer l’une des deux succursales du Restigouche-Ouest a été prise par le gouvernement libéral de Brian Gallant il y a cinq ans afin d’engendrer des économies. Cinq autres succursales ailleurs en province étaient également visées par cette mesure. À Saint-Quentin toutefois, moteur économique de la région, la nouvelle a causé la consternation et l’indignation de la communauté. On n’a jamais vraiment compris la raison de ce choix, surtout que le nombre de transactions effectué à ce bureau semblait adéquat. S’en est suivi un véritable bras de fer avec la province, qui a notamment débouché sur une saga judiciaire dont la décision se révélera défavorable à Saint-Quentin.

Encore aujourd’hui, les reproches sont grands envers l’équipe Gallant.

«C’est une décision qui était purement politique, une pénitence libérale. Mais ce n’est pas seulement nous qui avons écopé dans tout ça. La fermeture, la contestation judiciaire, les emplois, le déménagement… Combien d’argent est-ce que tout cela aura coûté au contribuable en fin de compte alors qu’on voulait faire des économies?  Il s’est perdu beaucoup de temps, d’efforts et d’argent dans ce dossier, en plus de créer des frustrations et de diviser une fois de plus une région», souligne M. Aubut.

Une inauguration officielle de la succursale devrait avoir lieu plus tard ce mois-ci.