Kevin Vickers déterminé à «faire tomber» le gouvernement Higgs

Le chef du Parti libéral demeure déterminé à renverser le gouvernement Higgs malgré l’interruption de la réforme en santé.

Kevin Vickers a réitéré mardi sa volonté de «faire de (son) mieux pour faire tomber» les progressistes-conservateurs «aussi tôt que possible».

Les libéraux ont l’intention de voter contre le budget provincial qui doit être déposé lors de la reprise des travaux législatifs le 10 mars.

«Nous ne soutiendrons pas ce budget étant donné l’incompétence flagrante dont ce gouvernement a fait preuve au cours de la dernière semaine», a déclaré M. Vickers en point de presse.

Blaine Higgs a annoncé dimanche soir que la province n’irait pas de l’avant avec la fermeture partielle des urgences de six petits hôpitaux.

M. Higgs a expliqué sa décision en disant que plusieurs questions ont été soulevées concernant la mise en oeuvre de la réforme sans réponses adéquates de la part des réseaux de la santé.

Kevin Vickers accuse le premier ministre de rejeter la responsabilité de ses erreurs et de celles de son ministre de la Santé sur les fonctionnaires.

«C’était son plan. C’était le plan de Ted Flemming. Ils ont la responsabilité d’assurer la sûreté et la sécurité des Néo-Brunswickois.

«Il a blâmé les bureaucrates, les gens du système de santé, pour l’échec de son plan, de sa décision.»

M. Vickers songe toujours à rappeler le président de l’Assemblée législative, Daniel Guitard, au sein du caucus libéral.

Les libéraux ne possèdent pas suffisamment de voix à eux seuls pour défaire le gouvernement. Ils auront besoin de l’appui d’au moins un autre parti d’opposition et du député nouvellement indépendant Robert Gauvin.

Celui qui était vice-premier ministre et ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture a quitté les rangs du caucus progressiste-conservateur, vendredi, en guise de protestation contre la fermeture partielle des urgences.

M. Gauvin n’a pas répondu à notre demande d’entrevue, mardi.

En entrevue à l’émission de radio La matinale, mardi, M. Gauvin a toutefois confirmé qu’il votera contre le budget.

Blaine Higgs compte sur l’appui de l’Alliance des gens pour se maintenir à la tête de son gouvernement minoritaire.

Les alliancistes n’ont pas exclu la semaine dernière la possibilité de retirer leur soutien au gouvernement en raison de la fermeture partielle des urgences.

La volte-face de dimanche du premier ministre n’a pas suffi pour convaincre le chef de l’Alliance de renouveler son appui envers les progressistes-conservateurs en prévision du budget.

«Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas vu le budget et je veux garder l’esprit ouvert, mais ma confiance envers le gouvernement est ébranlée», a confié Kris Austin, mardi.

À moins de 30 jours du dépôt du budget, l’Alliance n’a toujours pas été consultée par le gouvernement, déplore-t-il.

«Depuis un an et demi, nous avons fait tout notre possible pour collaborer avec le gouvernement. Nous n’avons pas obtenu tout ce que nous voulions, mais je m’attendais à plus avec un budget qui approche. Je m’attendais à plus de consultation.»

Afin de pouvoir appuyer le budget du gouvernement, Kris Austin espère y voir une véritable réforme fiscale et un meilleur accès aux emplois dans la fonction publique pour les anglophones unilingues.

«Il y a encore beaucoup de problèmes linguistiques dans cette province. Nous recevons toujours des appels de gens qui postulent pour des emplois au gouvernement et qui se les font refuser simplement à cause de la langue même s’ils ont de l’expérience et qu’ils sont qualifiés.»

Le chef du Parti vert, David Coon, n’était pas disponible mardi pour nous parler de la position de son parti sur l’avenir du gouvernement à la suite de l’annulation de la réforme en santé.