Will McGrew est un jeune homme brillant et fort occupé. Son entreprise médiatique, Télé-Louisiane, fondé l’an dernier, se donne pour mission de donner un nouveau souffle à une nouvelle génération de militants franco-louisianais, qui souhaitent préserver et surtout promouvoir le français dans cet État du sud des États-Unis.

Même si sa famille n’a pas d’origines culturelles françaises, Will McGrew, originaire de la Nouvelle-Orléans, a tout de même grandi dans un milieu enraciné dans la francophonie louisianaise.

«Ma mère et ma grand-mère parlent le français, mais nous n’avons pas forcément d’héritage acadien ou français, comme c’est le cas pour un grand nombre de Louisianais. J’ai cependant appris que ma grand-mère était pas mal impliquée dans la francophone à la Nouvelle-Orléans avec des organismes dédiés à la promotion de la culture franco-louisianaise.»

Bien que la Louisiane compte plus d’un million de personnes qui possèdent des racines acadiennes, ils sont aussi plusieurs à s’identifier comme étant des créoles, mais pour les militants comme Will McGrew, le terme franco-louisianais est privilégié, car il est plus inclusif et rassembleur.

Lui-même a commencé à s’intéresser sérieusement à la langue française à la fin de l’adolescence, lors d’un séjour au Maroc et lors de ses études en économie à l’université Yale, à New Haven au Connecticut.

«J’ai commencé à étudier les pays et des régions avec des langues minoritaires et patrimoniales. Je savais qu’il existait le français cadien et créole en Louisiane, mais je me suis rendu compte que le français n’était pas seulement une langue de l’ère de la colonisation. Dans plusieurs régions, ç’a été la langue commune jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.»

Dans le cadre de ses recherches en économie à Yale, il a commencé à songer aux avantages d’une revitalisation du français en Louisiane ainsi que des piliers économiques nécessaires pour la soutenir à long terme.

«Il existe chez nous des programmes d’immersion française depuis les années 1960, mais pas de médias. J’ai décidé qu’un média visuel serait un bon début. J’ai commencé à contacter des réalisateurs, des journalistes, des documentaristes, etc. pour proposer des trucs en français. Avec le temps, nous avons vu l’intérêt du public et on s’est enregistré comme entreprise en mai 2019.»

Télé-Louisiane

L’entreprise Télé-Louisiane est née il y a moins d’un an, mais elle commence déjà à avoir un impact dans la communauté qu’elle desserve.

«Au départ, notre mission concernait la langue, soit de créer du contenu visuel en français pour que les gens puissent reconnecter avec la langue. Le français est une langue très minoritaire asteure, mais je dis souvent que même si on a perdu la bataille linguistique, on a gagné la bataille identitaire. Maintenant, on essaie de revitaliser la langue. Beaucoup de gens reconnaissent le lien fondamental entre le français et la Louisiane: il y a des milliers de gens qui voudraient apprendre la langue, mais il y a un manque de ressources.»

On estime qu’entre 150 000 à 200 000 personnes en Louisiane qui parlent le français et ceux qui l’ont comme langue première, sont vieillissants. Il y a 50 ans, ils étaient près d’un million, mais après des décennies de mesures discriminatoires, l’anglais est aujourd’hui la langue dominante.

Les militants savent que la bataille sera ardue, mais ils sont prêts à la mener.

«Un de nos objectifs c’est de changer les mentalités. La majorité des Louisianais sont d’accord avec le fait que nous avons une culture à part, donc ce n’est plus une lutte contre des anti-francophones. C’est plutôt de convaincre les que gens que notre français n’est pas du folklore, mais une variété unique d’une langue qui peut être comprise en Acadie, au Québec, en France et ailleurs.»

Afin de parvenir à son objectif, la Télé-Louisiane est investie dans de nombreux projets, dont la production de contenu originale et la promotion d’une société #francoresponsable et d’une #EconomieBilingueLA2020. Elle fait aussi la promotion des programmes d’immersion française, actuellement suivie par quelque 5000 enfants dans l’état.

«Notre génération ne veut pas seulement apprendre le français, mais on veut parler notre langue, le français louisianais et on veut vivre, créer, produire, travailler et socialiser en français.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle