Glen Savoie remplace Robert Gauvin comme ministre de la Francophonie

Le député Glen Savoie remplace Robert Gauvin à titre de ministre responsable de la Francophonie au sein du cabinet de Blaine Higgs.

Le député de Saint-Jean-Est est l’un des deux seuls députés restants au sein du caucus progressiste-conservateur qui peuvent s’exprimer en français depuis de départ de M. Gauvin.

«Je suis convaincu que Glen Savoie fera preuve d’un grand dévouement dans ce poste et qu’il pourra travailler en étroite collaboration avec les organisations francophones à l’échelle provinciale, nationale et internationale», a déclaré M. Higgs.

Le premier ministre a été forcé de remanier son cabinet, vendredi, à la suite de la démission de Robert Gauvin en guise de protestation contre la fermeture partielle des urgences de six petits hôpitaux.

Le député d’arrière-ban Bruce Fitch de Riverview succède à M. Gauvin au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

«Je sais que Bruce fera un excellent travail pour aider notre gouvernement à poursuivre sa stratégie touristique pour assurer des expériences positives pour les Néo-Brunswickois et les visiteurs», a dit M. Higgs.

M. Fitch a agi en tant que chef par intérim du Parti progressiste-conservateur de 2014 à 2016 à la suite du départ de David Alward.

Il a déjà été ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, ministre du Développement économique et ministre responsable d’Investir Nouveau-Brunswick, l’ancêtre d’Opportunités NB.

Bruce Fitch a été élu à l’Assemblée législative pour la première fois en 2003. Il a été réélu à quatre reprises par la suite.

Glen Savoie a fait son entrée à l’Assemblée en 2010. Il a été défait aux élections générales de 2014 avant d’être rapidement réélu lors d’une élection partielle.

M. Savoie demeure aussi le leader parlementaire du gouvernement. Il n’a jamais été ministre auparavant.

Blaine Higgs a choisi de ne pas remplacer M. Gauvin à titre de vice-premier ministre pour le moment.

Glen Savoie et Dominic Cardy, le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, sont les deux seuls élus du caucus progressiste-conservateur qui sont plus ou moins bilingues.

Robert Gauvin était le seul député du parti au nord de Miramichi. Il est devenu député indépendant.

M. Higgs a confié avoir jonglé avec l’idée de nommer une personne non élue au cabinet afin de représenter les francophones et le nord de la province.

Le premier ministre a toutefois préféré s’abstenir en raison de la position précaire de son gouvernement minoritaire depuis la réforme avortée des hôpitaux ruraux.

C’est la première fois depuis au moins un siècle que le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne compte aucun élu francophone.

Le cabinet provincial compte dorénavant 18 ministres en incluant M. Higgs. C’est trois membres de plus que le cabinet du précédent gouvernement libéral au moment du déclenchement des élections.

«Comparativement à l’ancien gouvernement, il y a déjà beaucoup de ministres au sein de ce cabinet et là on prend un ministère et on le divise en deux», a dénoncé le député libéral Benoît Bourque.

«Pour un gouvernement qui se dit préoccupé par l’équilibre fiscal, je trouve qu’il distribue allègrement des postes de ministres avec des hausses de salaire assez significatives», a-t-il dit.

Le chef du Parti vert, David Coon, a salué la nomination de Bruce Fitch au ministère du Tourisme. M. Coon n’était toutefois pas aussi ravi de voir Glen Savoie à la Francophonie.

«Pour la Francophonie, j’ai beaucoup d’inquiétudes parce que c’est un poste qui est diplomatique. C’est très important d’avoir beaucoup d’expérience. Il y a d’autres personnes dans le caucus conservateur qui auraient été un meilleur choix», a-t-il indiqué

M. Coon aurait préféré que le premier ministre accorde cette responsabilité à M. Fitch, qui se débrouille plutôt bien en français selon lui, ou à M. Cardy qui possède une longue expérience à l’international.